Archives par mot-clé : XXe siècle

Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée

Louise Bonvalet

Nous parlions dans un précédent billet des ablettes, petits poissons d’eau douce, nécessaires à la fabrication de l’Essence d’Orient, et de sa soi-disant découverte par le patenôtrier Jacquin à la fin du XVIIe siècle.

Il faut savoir que l’on continue d’utiliser les ablettes pour fabriquer les perles fausses – ou perles d’imitation – jusqu’au XXe siècle.
On trouve une brève explication de son utilisation à la fin du XIXe siècle dans le Supplément du Journal de Rouen du 6 septembre 1896 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_211) :

« Vous doutez-vous pourquoi on pêche en si grand nombre les ablettes ? Ce n’est pas pour leur chair, mais pour leurs écailles, qui servent à fabriquer des…. Perles fausses. Sur la surface inférieure des écailles de l’ablette, comme sur celle du gardon et d’autres poissons, se trouve en effet une sorte de vernis argenté. Or, cette matière est employée sous le nom d’ « essence d’Orient » à la fabrication des perles fausses, poussée maintenant à un degré incroyable d’imitation.
[…] Tout d’abord, pour que l’écaille du poisson puisse se détacher, il fallait laisser séjourner le poisson dans l’urine. Croit-on que des gargottiers parisiens – c’est un journal parisien de 1788 qui cite le fait – osaient jeter dans la friture les ablettes auxquelles on avait fait subir cet effroyable bain !
Aujourd’hui heureusement on fait dissoudre les écailles d’ablettes dans une solution alcaline. Pour fabriquer la perle fausse, il suffit d’introduire une goutte de cette essence nacrée, dans une petite boule de verre creuse, qu’on fait sécher rapidement et qu’on remplit ensuite avec de la cire fondue, qui fixe le nacre, contre les parois et donne de la solidité. Ainsi sont faits la plupart des bijoux de théâtre, et Méphistophélès peut exciter à bon marché la convoitise de Marguerite, avec un collier de perles… d’ablette ! »

On retrouve toujours l’utilisation de l’Essence d’Orient au début du XXe siècle dans la production des perles d’imitation. La Maison Jean Paisseau qui fabrique des perles en verre d’imitation, crée dans les années 1920 la nacrolaque, nouvelle matière composée d’acétate de cellulose et d’Essence d’Orient ! (Archives nationales du monde du travail, 65 AQ P1028) Les écailles d’ablette gardent donc leur importance.

Cependant, avec le développement des techniques et la production toujours plus rapide, un problème se pose : où pêcher des ablettes sans les faire disparaître de l’écosystème ?

Ablette dans le Robec à Rouen

Les jeunes filles aveugles et la fabrication des couronnes de perles

Louise Bonvalet

A la fin du XIXe siècle se développe la mode en France des couronnes mortuaires faites en perles de verre. Elles apparaissent de plus en plus souvent dans les cimetières et sur les Monuments funéraires.

Au début du XXe siècle, l’Ecole Braille à Paris – école qui inspirera d’autres établissements pour aveugles comme l’école de la Providence à Alençon – propose dans son cursus pour les jeunes filles la fabrication de ces couronnes. On en trouve une brève explication dans la Plage de Trouville du 1er novembre 1903, p.1 (n°42) :

« Couronnes de perles.

Déjà les abords des cimetières sont envahis par les petits marchands de fleurs et dans les boutiques voisines, on fait provision de couronnes de perles : « A ma mère » et aussi « A mon mari. Regrets éternels. [sic.]

Qui fabrique ces couronnes de perles, hommages des pauvres à leurs morts et en même temps les plus durables des souvenirs sur les tombes ?

Elles sont fabriqués [sic.] en grande partie par les aveugles. A l’école Braille, ce sont les femmes aveugles qui se livrent à ce travail et y gagnent jusqu’à deux francs par jour, mais elles ne font que les feuillages et les fleurs que les marchands disposent à leur gré sur les « carcasses » en fil de fer.

C’est un spectacle touchant que celui de ces pauvres ouvrières choisissant les perles de couleur dans des casiers qui portent en relief le nom de la nuances [sic.]. Elles tâtonnent à peine et quand elles ont mesuré les perles enfilées à la planche-réglettes, elles les contournent avec agilité et en font les pétales des fleurs ou des feuilles.

Aux Quinze-Vingt, une douzaine d’hommes aveugles travaillent aussi aux couronnes de perles, mais ils ne font que les « carcasses ». Métier ingrat qui ne rapportent [sic.] guère plus de douze sous par jour, un sou par heure de travail.

A ce prix les morts ne font pas vivre les vivants, mais combien d’autres en vivent ! »