Archives par mot-clé : XIXe siècle

Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée

Louise Bonvalet

Nous parlions dans un précédent billet des ablettes, petits poissons d’eau douce, nécessaires à la fabrication de l’Essence d’Orient, et de sa soi-disant découverte par le patenôtrier Jacquin à la fin du XVIIe siècle.

Il faut savoir que l’on continue d’utiliser les ablettes pour fabriquer les perles fausses – ou perles d’imitation – jusqu’au XXe siècle.
On trouve une brève explication de son utilisation à la fin du XIXe siècle dans le Supplément du Journal de Rouen du 6 septembre 1896 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_211) :

« Vous doutez-vous pourquoi on pêche en si grand nombre les ablettes ? Ce n’est pas pour leur chair, mais pour leurs écailles, qui servent à fabriquer des…. Perles fausses. Sur la surface inférieure des écailles de l’ablette, comme sur celle du gardon et d’autres poissons, se trouve en effet une sorte de vernis argenté. Or, cette matière est employée sous le nom d’ « essence d’Orient » à la fabrication des perles fausses, poussée maintenant à un degré incroyable d’imitation.
[…] Tout d’abord, pour que l’écaille du poisson puisse se détacher, il fallait laisser séjourner le poisson dans l’urine. Croit-on que des gargottiers parisiens – c’est un journal parisien de 1788 qui cite le fait – osaient jeter dans la friture les ablettes auxquelles on avait fait subir cet effroyable bain !
Aujourd’hui heureusement on fait dissoudre les écailles d’ablettes dans une solution alcaline. Pour fabriquer la perle fausse, il suffit d’introduire une goutte de cette essence nacrée, dans une petite boule de verre creuse, qu’on fait sécher rapidement et qu’on remplit ensuite avec de la cire fondue, qui fixe le nacre, contre les parois et donne de la solidité. Ainsi sont faits la plupart des bijoux de théâtre, et Méphistophélès peut exciter à bon marché la convoitise de Marguerite, avec un collier de perles… d’ablette ! »

On retrouve toujours l’utilisation de l’Essence d’Orient au début du XXe siècle dans la production des perles d’imitation. La Maison Jean Paisseau qui fabrique des perles en verre d’imitation, crée dans les années 1920 la nacrolaque, nouvelle matière composée d’acétate de cellulose et d’Essence d’Orient ! (Archives nationales du monde du travail, 65 AQ P1028) Les écailles d’ablette gardent donc leur importance.

Cependant, avec le développement des techniques et la production toujours plus rapide, un problème se pose : où pêcher des ablettes sans les faire disparaître de l’écosystème ?

Ablette dans le Robec à Rouen

Etat des verreries et verroteries de Venise en 1855

Louise Bonvalet

On trouve dans les publications françaises du XIXe siècle un portrait négatif de l’état des fabriques de verre et de perles à Venise, à l’instar de cet article tiré de la Revue franco-italienne. Il y est souvent question de la décadence de l’industrie vénitienne face à celles de Bohême ou encore de France.

“Verreries et verroteries de Venise. – Les fabriques et le commerce de verrerie et de verroterie à Venise ont été de tous temps d’une grande importance, y compris les fabriques célèbres de glaces. Maintenant celles-ci ont perdu non-seulement leur célébrité, mais aussi la méthode de leur fabrication, et elles ont cédé la place aux glaces de Bohême, de France et de Belgique, qui ont adopté d’autres moyens avec lesquels on arrive à donner aux glaces des dimensions, que le soufle [sic.] de l’ouvrier vénitien ne pouvait pas atteindre. Le commerce des glaces et des verroteries (conterie, perle, margherite) était autrefois si important que, pour en encourager la production, l’ancien gouvernement aristocratique du pays, si chatouilleux à l’égard de la noblesse qu’il privait les enfants d’un mariage inégal, permettait le mariage entre un de ses nobles patriciens et la fille d’un fabricant de glace ou de verroterie.
            Dans les temps les plus reculés, on a relégué dans une île près de Venise (Murano) les fabriques de verroterie, de peur d’incendie ; et cette île doit sa prospérité et même sa population à ces fabriques. Les ouvriers de ces fabriques, et ceux même qui, en dehors d’elle et de Murano, travaillent à Venise au feu d’une lampe au suif (à lume) pour obtenir d’autres articles, étaient réunis en corporations qui avaient le monopole ; et le Conseil des Dix, cette redoutable magistrature de la République, s’en était réservé la surveillance. Ces corporations ont été dissoutes dès 1806, sous le royaume d’Italie, c’est-à-dire que le monopole a été aboli et la liberté à tous d’exercer ces arts a été proclamée. La concurrence a amené le bon marché et même la guerre de bon marché entre les fabricants ; guerre qui a fini par un traité de paix et d’alliance, et qui nous ramena de fait, sinon en droit, au monopole.
            Pour obtenir les conteries, trois opérations sont nécessaires, qui forment trois parties d’un seul art. La première est la composition de la matière, la plus importante pour les conteries fines, telles que pierres précieuses imitées, la célèbre aventurine, etc. La seconde partie consiste dans le travail de l’ouvrier, qu’on appelle margueritier (margariter en patois vénitien), et qui arrondit les perles au feu des fours spéciaux. Vient ensuitre la besogne d’un autre genre d’ouvrier, le perler (en patois), qui applique à lume, comme nous avons dit plus haut.
            Le margariter travaille à la matière déjà perlée et en prépare les perles percées qui se vendent enfilées. Le perler traite la matière non percée et en forme des perles percées au moyen d’un fil de fer sur lequel il fait dégoutter la substance enflammée. Les perles sont ornées en employant en guise de pinceaux des bâtons (canne) de verre (smalto) très minces de différentes couleurs approchés de la flamme. Ce sont les perler qui savent produire des fils de verre aussi minces que de la soie, dont on fait des vases, des verres, des corbeilles, etc.
            Il est à remarquer que le brillant qu’on donne aux perles et aux marguerites ne se fait pas à Venise ou à Murano, mais en Bohême, à cause du meilleur marché.
            Parmi les articles les plus remarquables, on comptait ceux à filigrane, ceux à mille fleurs et l’aventurine artificielle, ce chef-d’œuvre des smalti. Ces arts étaient perdus ; ils ont été retrouvés récemment. M. Pierre Bigaglia, qui a produit la plus belle aventurine dont on a vraiment prétendu avoir découvert l’art en France, a inventé aussi une autre espèce de smalto à petits points rouges, verts et jaunes sur un fond noir, auquel il a donné le nom d’ossidiana.
            En d’autres temps, les conteries, c’est-à-dire les articles que nous venons de signaler, étaient l’objet d’un commerce très étendu en Syrie, en Egypte, et dans d’autres pays de l’Afrique, et par tout l’Orient. En quelques pays elles avaient même cours comme de l’argent. Maintenant, on en fait un grand commerce en Angleterre et en Hollande. Londres et Liverpool d’un côté, Hambourg et Amsterdam de l’autre, sont les centres principaux des envois en Amérique et aux colonies anglaises et hollandaises.
            Une exportation considérable a lieu, surtout à la Guinée, au Congo, à la Cafrerie, au Zanguebar et en Abyssinie. Là les Européens en font un grand commerce d’échange avec les produits naturels du pays. La France en opère un trafic semblable dans ses colonies du Sénégal, et elle en reçoit en échange du sable d’or, de l’ambre, des bois précieux et de la gomme arabique. En France, on exécute avec des marguerites de Venise une quantité de jolis travaux.
            L’Allemagne et surtout la Prusse en font autant. Lemberg et Bordy trafiquent avec la Russie, et Constantinople est le centre des commissions pour la Perse, l’Arménie et autres provinces de l’Asie. Alexandrie continue d’être une échelle importante pour l’exportation des conteries aux côtes orientales de l’Afrique et de l’Asie, le long de la mer Rouge. Les ports barbaresques en fournissent les marchés de toutes les tribus africaines voisines, d’où ces articles sont introduits dans les régions centrales de l’Afrique.
            On prétend que la quantité de ces produits dépasse même celui des temps anciens, mais que la baisse du prix a grandement diminué la recette. On en évalue la quantité à 2,320,000 kil., et la valeur à 5 millions de francs.
            En 1844, cette industrie comptait à Venise 15 fabriques, 78 vases, et 1,000 ouvriers. […]

Dr P. Maestri”

Source : « IX. Des Industries qui ont pour objet les substances minérales. ARTS CERAMIQUES », Revue franco-italienne : journal hebdomadaire non politique : sciences, industrie, commerce, littérature, beaux-arts, théâtres, 25 janvier 1855, p.27

Les perles carniollettes

Louise Bonvalet

On connait désormais les perles d’imitations appelées “perles fausses”, mais il existe un autre type d’imitation qui existe – au moins – à partir du XIXe siècle. Ce sont des perles en verre à l’intérieur desquelles est représenté un corail.

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866-1877) en donne la suivante définition :

On fabrique également sous le nom de perles de corail ou carniollettes des perles en verre qui ne sont autre chose que de petits tubes de verre réunis en masse irrégulière, afin de mieux imiter la disposition capricieuse de la branche du vrai corail. Ce genre de perles se vend au poids. Trieste a le monopole de cette fabrication, qu’il ne faut pas confondre avec l’imitation ordinaire du corail.

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. T. 12, p.632

Cette technique existe encore aujourd’hui et est appréciée des perliers et perlières que l’on retrouve en Normandie…