Archives par mot-clé : Normandie

Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée

Louise Bonvalet

Nous parlions dans un précédent billet des ablettes, petits poissons d’eau douce, nécessaires à la fabrication de l’Essence d’Orient, et de sa soi-disant découverte par le patenôtrier Jacquin à la fin du XVIIe siècle.

Il faut savoir que l’on continue d’utiliser les ablettes pour fabriquer les perles fausses – ou perles d’imitation – jusqu’au XXe siècle.
On trouve une brève explication de son utilisation à la fin du XIXe siècle dans le Supplément du Journal de Rouen du 6 septembre 1896 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_211) :

« Vous doutez-vous pourquoi on pêche en si grand nombre les ablettes ? Ce n’est pas pour leur chair, mais pour leurs écailles, qui servent à fabriquer des…. Perles fausses. Sur la surface inférieure des écailles de l’ablette, comme sur celle du gardon et d’autres poissons, se trouve en effet une sorte de vernis argenté. Or, cette matière est employée sous le nom d’ « essence d’Orient » à la fabrication des perles fausses, poussée maintenant à un degré incroyable d’imitation.
[…] Tout d’abord, pour que l’écaille du poisson puisse se détacher, il fallait laisser séjourner le poisson dans l’urine. Croit-on que des gargottiers parisiens – c’est un journal parisien de 1788 qui cite le fait – osaient jeter dans la friture les ablettes auxquelles on avait fait subir cet effroyable bain !
Aujourd’hui heureusement on fait dissoudre les écailles d’ablettes dans une solution alcaline. Pour fabriquer la perle fausse, il suffit d’introduire une goutte de cette essence nacrée, dans une petite boule de verre creuse, qu’on fait sécher rapidement et qu’on remplit ensuite avec de la cire fondue, qui fixe le nacre, contre les parois et donne de la solidité. Ainsi sont faits la plupart des bijoux de théâtre, et Méphistophélès peut exciter à bon marché la convoitise de Marguerite, avec un collier de perles… d’ablette ! »

On retrouve toujours l’utilisation de l’Essence d’Orient au début du XXe siècle dans la production des perles d’imitation. La Maison Jean Paisseau qui fabrique des perles en verre d’imitation, crée dans les années 1920 la nacrolaque, nouvelle matière composée d’acétate de cellulose et d’Essence d’Orient ! (Archives nationales du monde du travail, 65 AQ P1028) Les écailles d’ablette gardent donc leur importance.

Cependant, avec le développement des techniques et la production toujours plus rapide, un problème se pose : où pêcher des ablettes sans les faire disparaître de l’écosystème ?

Ablette dans le Robec à Rouen

Emmanuelle Delaby – Silibulle

Notre série d’interviews dédiées aux fabricants et fabricantes de perles en verre en Normandie a commencé à Courseulles-sur-Mer dans le Calvados en novembre 2023, dans l’atelier Silibulle . Nous avons eu le plaisir de parler avec Emmanuelle Delaby , installée depuis 5 ans dans son atelier au 56 rue de la Mer.

Voir en plein écran

Comment devient on perlière ?
Emmanuelle Delaby ne s’était pas lancée dans l’artisanat des perles en verre au début, puisqu’elle travaillait dans le milieu bancaire. Mais une volonté de changement, une passion pour différents travaux manuels et plusieurs opportunités l’ont amenée à se dédier à la fabrication des perles en verre. Elle a suivi plusieurs formations sur la fabrication des perles et
sur les techniques à employer.

Comment conçoit-elle ses perles ? 
Dans son atelier, Emmanuelle Delaby possède deux chalumeaux de puissances différentes, pour pouvoir adapter en fonction du rendu qu’elle veut donner à ses perles. Ensuite, comme nous pouvons l’observer sur ces photos, la technique des perles au chalumeau n’a en réalité pas changé depuis des siècles : il faut faire fondre la baguette de verre pour ensuite lui donner la forme voulue. Les couleurs peuvent se superposer pour obtenir des motifs intérieurs ou en surface. Une fois la perle faite à souhait, elle est placée dans un four de recuisson à 480 degrés pour un cycle de 6-7 heures qui assurera la solidité du verre.

C’est grâce à ce travail de précision et également grâce à la connaissance de différentes techniques que notre perlière réussit à fabriquer des perles de différentes sortes.

Chaque perle est unique ! 

Quel verre utilise-t-elle ?
Emmanuelle Delaby possède des baguettes de verre venant de Murano : le lien entre la Normandie et Venise subsiste ! Le fournisseur Effetre propose un certain panel de couleur des cinq catégories traditionnelles1(trasparenti, pastelli, alabastri, speciali, opalini)
Mais les baguettes de Venise ne sont évidemment pas les seules sur le marché, et il existe des verres différents faits ailleurs que Mme Delaby utilise, notamment du verre de Chine, de Pologne ou encore des Etats-Unis. Nous avons appris par exemple que les baguettes en verre venant de Chine ont des couleurs à « édition limitée » c’est-à-dire que la production d’une couleur donnée ne se fait qu’une fois en une seule quantité.
Cette pluralité des types de verre permet un travail et un rendu à chaque fois différent. Les différentes couleurs ne réagissent pas de la même manière à la flamme du chalumeau, et c’est à la perlière d’adapter son savoir-faire.


Cette première rencontre pour PerMA nous permet de voir que l’artisanat des perles en verre n’a pas dit son dernier mot en Normandie… Nous remercions encore Mme Delaby pour son accueil et ses explications, et nous vous invitons à visiter son atelier-boutique, qui a rouvert le 2 février 2024.

Pour plus d’informations :
Facebook
Instagram

1 La maison Effetre a lancé récemment des nouvelles catégories de couleurs, pour donner suite à la demande des clients. On retrouve les « nuovi a macchina » et les « nuovi a mano » 

Stage Tabellionage

Louise Bonvalet

Nous avions eu la chance en novembre dernier de participer au stage d’initiation au tabellionage normand médiéval et moderne, organisé par Lydwine Scordia au sein des Archives départementales de Seine-Maritime.

En effet, les fonds du tabellionage sont d’un intérêt majeur pour notre projet, puisqu’ils permettent de retrouver – entre autres – des contrats de vente mentionnant des perles en verre fabriquées à Rouen et partant pour d’autres pays.

La vidéo : https://webtv.univ-rouen.fr/videos/stage-dinitiation-au-tabellionage-2023_jbILoBIh/

Les perles carniollettes

Louise Bonvalet

On connait désormais les perles d’imitations appelées “perles fausses”, mais il existe un autre type d’imitation qui existe – au moins – à partir du XIXe siècle. Ce sont des perles en verre à l’intérieur desquelles est représenté un corail.

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866-1877) en donne la suivante définition :

On fabrique également sous le nom de perles de corail ou carniollettes des perles en verre qui ne sont autre chose que de petits tubes de verre réunis en masse irrégulière, afin de mieux imiter la disposition capricieuse de la branche du vrai corail. Ce genre de perles se vend au poids. Trieste a le monopole de cette fabrication, qu’il ne faut pas confondre avec l’imitation ordinaire du corail.

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. T. 12, p.632

Cette technique existe encore aujourd’hui et est appréciée des perliers et perlières que l’on retrouve en Normandie…

Les jeunes filles aveugles et la fabrication des couronnes de perles

Louise Bonvalet

A la fin du XIXe siècle se développe la mode en France des couronnes mortuaires faites en perles de verre. Elles apparaissent de plus en plus souvent dans les cimetières et sur les Monuments funéraires.

Au début du XXe siècle, l’Ecole Braille à Paris – école qui inspirera d’autres établissements pour aveugles comme l’école de la Providence à Alençon – propose dans son cursus pour les jeunes filles la fabrication de ces couronnes. On en trouve une brève explication dans la Plage de Trouville du 1er novembre 1903, p.1 (n°42) :

« Couronnes de perles.

Déjà les abords des cimetières sont envahis par les petits marchands de fleurs et dans les boutiques voisines, on fait provision de couronnes de perles : « A ma mère » et aussi « A mon mari. Regrets éternels. [sic.]

Qui fabrique ces couronnes de perles, hommages des pauvres à leurs morts et en même temps les plus durables des souvenirs sur les tombes ?

Elles sont fabriqués [sic.] en grande partie par les aveugles. A l’école Braille, ce sont les femmes aveugles qui se livrent à ce travail et y gagnent jusqu’à deux francs par jour, mais elles ne font que les feuillages et les fleurs que les marchands disposent à leur gré sur les « carcasses » en fil de fer.

C’est un spectacle touchant que celui de ces pauvres ouvrières choisissant les perles de couleur dans des casiers qui portent en relief le nom de la nuances [sic.]. Elles tâtonnent à peine et quand elles ont mesuré les perles enfilées à la planche-réglettes, elles les contournent avec agilité et en font les pétales des fleurs ou des feuilles.

Aux Quinze-Vingt, une douzaine d’hommes aveugles travaillent aussi aux couronnes de perles, mais ils ne font que les « carcasses ». Métier ingrat qui ne rapportent [sic.] guère plus de douze sous par jour, un sou par heure de travail.

A ce prix les morts ne font pas vivre les vivants, mais combien d’autres en vivent ! »

L’impasse des Patenôtriers à Rouen

Louise Bonvalet

On trouve dans le Journal de Rouen du 27 mai 1851[1] une mention de « l’impasse des patenôtriers », faisant l’objet d’un projet de déclassement, ce qui l’amènera à disparaitre du cadastre quelques années plus tard.

Mais où se trouve-t-elle ?

Voici sa description dans le Journal de Rouen du 29 mai 1851 :

« l’impasse des Patenôtriers est un étroit passage qui conduit à des maisons particulières à l’aspect délabré, et que son entrée, fermée par une porte en bois, se trouve dans la rue du Ruissel, au milieu de cette rue, à droite en descendant vers le port, entre la rue du Varvot et la rue Neuve »

Journal de Rouen, 27 mai 1851

Par chance, la rue du Ruissel existe encore aujourd’hui, on y retrouve d’ailleurs le Musée de l’Education de Rouen.

© Louise Bonvalet
© Louise Bonvalet

Il est alors facile de retrouver le lieu actuel de cette impasse :

Visualizza a schermo intero

© Louise Bonvalet

L’impasse semble peu connue déjà en 1851 :

« Il est peu étonnant que l’impasse des Patenôtriers ne soit pas très connu à Rouen, car tout près de lui, dans la rue du Ruissel, les habitans ignorent jusqu’à son nom, et l’on demanderait l’impasse des Patenôtriers aux personnes mêmes qui y demeurent, qu’elles répondraient, pour la plupart, ne pas le connaitre »

Journal de Rouen, 29 mai 1851

De plus, le mot patenôtrier est quasiment oublié, et le journal explique à ses lecteurs le métier de ces faiseurs de perles, mais à sa manière :

« plus d’un riche chapelet, sorti des mains des habiles ouvriers qui l’occupaient jadis, a roulé entre les doigts des belles dames de Rouen ou dans ceux des pieuses recluses dont le renoncement aux choses de la terre n’allait pas jusqu’à leur faire repousser un ivoire ciselé avec coquetterie, lorsque leurs lèvres récitaient de dévotes patenôtres.

Mais les Patenôtriers ne confectionnaient pas seulement des chapelets, ils sculptaient aussi des parures mondaines, et plus d’une jolie femme ou d’un beau cavalier leur dut la coquette garniture de boutons d’ivoire qui complétait leur toilette.

En cela firent-ils œuvres mauvaises, et que ne pût même racheter le mérite d’avoir fourni tout Rouen de chapelets ? Nous ne saurions le dire ; mais ce que nous savons, c’est que leur vieille réputation est perdue, et que, sans la décision qui va bientôt faire disparaître un de leurs derniers souvenirs, beaucoup d’habitans [sic.]de notre ville ignoreraient encore que les Patenôtriers rouennais ont existé, et que leur corporation était assez importante pour donner son nom à l’enclos où leurs demeures étaient réunies. »

Journal de Rouen, 29 mai 1851

Le journaliste Beuzeville ici ne mentionne que les patenôtriers en ivoire, mais il existait dès le XVIe siècle à Rouen des patenôtriers en émail. Reste à voir quel.le.s patenôtrier.ère.s se trouvaient dans l’impasse…


[1] Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), JPL 3_122.

D’une terre à l’autre (Honfleur)

Louise Bonvalet

L’exposition présente à Honfleur au musée Eugène Boudin, intitulée « D’une terre à l’autre » se concentre sur l’aspect maritime de la traite. On y trouve différents types de documents et d’objets, principalement de la fin du XVIIIe siècle, servant au commerce des esclaves.

A l’aide de documents d’époque, l’exposition montre aux visiteurs comment s’organisait le commerce triangulaire et quelles étaient les marchandises utilisées, à la fois pour le commerce en Afrique et le commerce aux Antilles et en Amérique.

On découvre par exemple qu’il existe deux types de marchandises à bord d’un navire de traite : le « port permis » et les marchandises de traite.

Le « port permis » est ce qui est amené par l’équipage pour le troc ou la vente aux Antilles. A ce propos, les sources normandes mentionnent parfois la « verroterie » amenée par les membres d’équipage d’un navire. On entend par verroterie les petits objets en verre, très utilisés dans le troc : il peut s’agir de petits bijoux comme des bracelets ou des bagues, mais il peut également s’agir de perles en verre !

Les marchandises de traite sont en grande majorité des produits textiles, spécialités de la Normandie.

Echantillons de tissus, 1784. Musée Eugène Boudin, Honfleur

Mais l’exposition nous apprend que nous trouvons au XVIIIe siècle également de la « guinéaillerie » dans les cargaisons destinées à la traite. Ce terme générique englobe différents types d’objet, dont des perles.

Echantillons de perles,1786. Musée Eugène Boudin, Honfleur

Les perles en verre, après avoir été un objet d’échange avec les peuples américains dès le XVIe siècle, continuent d’être utilisées pour la traite des esclaves, dans un complexe réseau d’échanges entre les continents.

L’exposition, riche en contenu, continue jusqu’au 10 novembre 2023.

Pour en savoir plus sur l’exposition

Visite du Moulin de la Porte d’Argences (Calvados)

Les 24 et 25 juin derniers, le Moulin de la Porte d’Argences a ouvert ses portes au public, comme chaque année lors des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins. C’est grâce à l’Association des amis du Moulin de la porte d’Argences que le public peut apprécier cette visite.

En plus de la visite même du moulin (avec démonstration de production de farine), l’Association propose une collection d’objets divers liés à la production de perles en verre à Argences au XIXe siècle ! En effet, la ville a été dotée pendant environ 70 ans d’une usine fabriquant des perles en verre, sous la direction de la famille Déléan. Installée en 1857 par Benoît Déléan et sa femme Louise Garry, l’usine est active jusqu’en 1925.

Les recherches d’une érudite

Nous n’avons pour l’instant pas retrouvé les archives de cette usine, et il est fort possible que les fonds aient été perdus. Cependant, en 1993, une érudite locale, Madame Bremenson, a effectué un gros travail de recherche sur la fabrique et a été capable de retrouver des objets, des documents et des témoignages, permettant ainsi de ne pas faire tomber dans l’oubli l’histoire de l’usine du village. C’est à ces recherches que nous avons eu accès, grâce à l’aide de l’Association des amis du Moulin de la porte. En effet, l’association a été la seule à accepter de récupérer la documentation créée par Mme Bremenson dans la région.

Parmi les objets récupérés, nous avons pu voir par exemple un véritable métier à perles, qu’utilisaient les “perleuses” de l’usine chez elles, prêté par la famille Déléan à toutes ses ouvrières.

Les perles fabriquées à Argences et dans les villages aux alentours étaient ensuite envoyées vers Paris et/ou vers le continent asiatique.

Beaucoup d’informations récoltées par Mme Bremenson nous permettent ainsi d’en apprendre plus sur cette fabrique de perles du Calvados, très peu connue du monde universitaire.

Nous remercions chaleureusement l’Association et ses membres, et tout particulièrement Monsieur Jobard, pour l’accueil qu’ils nous ont réservé et pour l’accès à leur documentation sur cette fabrique de perles.
Les locaux de l’association, étaient en péril il y a quelques semaines dû à une volonté du maire de louer le moulin millénaire. Heureusement, cette location n’a pas eu lieu, et l’association continue pour l’instant de mettre en valeur le patrimoine de leur ville. Nous souhaitons donc une longue vie à l’association et au moulin d’Argences.

Site web de l’Association

Exposition “Esclavage. Mémoires normandes”

Depuis le 10 mai, Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition, et jusqu’au 10 novembre 2023, l’exposition “Esclavage. Mémoires normandes” se déroule à la fois à Rouen, au Havre et à Honfleur. Reconnue d’intérêt national par le Ministère de la Culture, elle retrace l’histoire encore peu connue du rôle de la Normandie dans l’esclavage et la traite d’esclavse entre le XVIe siècle et le XIXe siècle.

Or, nous le savons : les perles en verre ont fait partie intégrante du commerce triangulaire, c’est la raison pour laquelle cette exposition conjointe nous intéresse particulièrement.

D’une terre à l’autre

L’exposition D’une terre à l’autre au musée Eugène Boudin à Honfleur propose d’ailleurs parmi ses oeuvres un exemple d’échantillon de perles en verre, de différents types, utilisées comme marchandise d’échange contre les captifs et captives à la fin du XVIIIe siècle.

Au prix d’une pacotille, une perle, une vie.

Pour rappeler l’importance de ces perles dites “de pacotilles” dans la traite, une oeuvre mémorielle sera dans la ville d’Honfleur, intitulée “Au prix d’une pacotille, une perle, une vie”. Des miliers de perles seront utilisées pour former une ancre de la mémoire, qui sera visible dans la ville.

Informations

  • Rouen : L’envers d’une postérité. Musée industiel de la Corderie Vallois.
  • Le Havre : Fortunes et Servitudes. Hôtel Dubocage de Bléville.
  • Honfleur : D’une terre à l’autre. Musée Eugène Boudin.

Livre de l’exposition