Archives par mot-clé : Grèves

Grèves et syndicats de femmes dans l’industrie du verre à Venise: l’impiraressa

Ouvrières en perles à Venise, gravure de Ramus, dans Jules Gourdault, A travers Venise, Paris-Londres, 1883
Ouvrières en perles à Venise, gravure de Ramus, dans Jules Gourdault, A travers Venise, Paris-Londres, 1883

Anna Bellavitis

« L’impiraressa vénitienne. Grèves et syndicats de femmes dans l’industrie du verre à Venise

XIXe – XXe siècle », Sources, Travaux historiques, 25, 1991*

L’enfileuse de perles qui, assise devant la porte de sa maison, bavarde avec ses collègues pendant son travail, représente l’une des images les plus typiques et les plus conventionnelles de la femme du peuple à Venise, au XIXe et au début du XXe siècle.

Répandu surtout sur l’ile de Murano et dans les quartiers de Venise donnant sur le nord de la lagune, du côté de cette même ile, l’enfilage des perles constitue la phase finale de l’un des cycles de l’industrie du verre, que les femmes exécutaient traditionnellement à domicile. Les perles, obtenues de la coupe des tubes de verre, étaient enfilées sur des fils de coton ou de lin, puis renvoyées dans les verreries, où on les travaillait en colliers ou en vue de la décoration et de la couture.

Au XIXe siècle, l’industrie des perles vénitiennes est en phase d’expansion. Après la chute de la République de Venise et les guerres du début du siècle, sa reprise est assurée par le développement de l’exportation, Les fils de perles que les femmes confectionnaient à Venise et à Murano étaient envoyés dans les ateliers de haute couture de Paris, en Allemagne, en Pologne, en Russie et même à Constantinople, en Arménie et en Perse. En outre, les petites perles de verre coloré étaient utilisées comme marchandise d’échange dans les colonies africaines.

La tendance à la concentration industrielle s’accompagne, dès la fin du XIXe siècle, d’un processus de mécanisation qui, pourtant, ne touche presque pas l’enfilage. En augmentant ou en réduisant le réseau d’enfileuses à domicile en fonction de la demande, les entrepreneurs pouvaient, en fait, mieux profiter des oscillations d’un marché qui demeurait très instable.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on compte environ 2000 enfileuses à Venise. C’est une quantité remarquable, surtout dans le cadre de l’occupation féminine de l’époque, qui demeure fort traditionnelle et caractérisée par le travail à domicile. Les rares industries qui, au XIXe siècle, sont établies dans le centre historique de la ville, ou les activités plus traditionnelles sur le port, dans l’Arsenal ou dans les chantiers navals, n’offrent pas assez de travail à la population. La plupart, alors, se consacre à des activités précaires ou saisonnières, liées surtout au tourisme en expansion et aux petits commerces. Dans ce contexte, le travail féminin à domicile demeure quand même une ressource importante pour la famille ouvrière.

Il est pourtant difficile d’avoir des données précises sur la diffusion et l’organisation du métier d’enfileuse. En 1880, le préfet Sormani Moretti le souligne déjà. Dans sa Monografia Statistica, il remarque que l’enfilage des perles ne se fait pas seulement à domicile, mais aussi dans les institutions de charité, les couvents et les prisons, ce qui rend «difficile, pour ne pas dire impossible, de préciser le nombre d’enfileuses en activité». Il en compte, en gros, 1600, mais il nous donne aussi une autre information fort intéressante en faisant remarquer leur importante mobilité. Comme le métier ne requiert pas un grand apprentissage, il pouvait être abandonné et puis repris plusieurs fois au cours d’une vie, en fonction de la demande du marché et selon les besoins de la famille.

Les statistiques établies par la Chambre du Commerce et de l’Industrie entre les deux guerres nous donnent une idée du rapport entre le travail en usine et le travail à domicile: en 1924. Une usine qui emploie 1200 ouvriers procure du travail à 2500 enfileuses à domicile. Le rapport entre l’usine et les femmes était assuré par des intermédiaires, les «mistre» (maîtresses), qui se fournissaient en perles aux usines et les distribuaient ensuite à tout un réseau d’enfileuses qu’elles payaient directement. Parallèlement, Il existait des «ateliers d’enfilage», à base surtout familiale et gérés par les «mistre». L’enfilage s’appuyait sur une structure en quelque sorte indépendante : l’interlocutrice réelle des enfileuses était la «mistra», qui habitait souvent le même quartier et qui pouvait même être une voisine ou une parente. Toute réaction face à l’exploitation, toute tentative d’organisation se heurte à cette structure du travail et à sa fragmentation : non seulement le monde du travail à domicile échappe au regard investigateur des analyses statistiques, mais Il oppose aussi une résistance aux efforts d’organisation accomplis aussi bien par les catholiques que par les socialistes. Pour Giuseppe Toniolo, syndicaliste catholique, les relations entre employeur et ouvriers sont dans ces «ramifications extrêmes de l’organisme économique», «hostiles et incertaines», au point qu’elles «minent I’organisme social et déforment le caractère des générations» Toniolo et, plus tard, les socialistes, critiquent les formes secrètes et souterraines que prend la résistance à l’exploitation, comme par exemple la fraude sur les matières premières ou le changement continuel de commanditaires. Quelquefois, pourtant, la colère explose et se manifeste au grand jour. Dans les dernières décennies du XIXe et le début du XXe siècle, les enfileuses à domicile organisent deux véritables grèves, pendant deux périodes de grave crise du marché des perles en verre et en correspondance des plus importantes grèves générales qui se vérifient à Venise à l’époque. En juin 1872 la Police signale pour la première fois à Venise la présence de membres de l’Internationale Socialiste. Le climat en ville est très tendu. La grande dépression économique de l’époque et les lois antipopulaires promulguées par le gouvernement de la «Droite » ont provoqué plusieurs grèves longues et généralisées dans les grandes villes italiennes. Venise traverse en outre une période de difficile transition entre la domination autrichienne et le nouveau Royaume d’Italie, dont elle fait partie depuis 1805.

En été, à Venise même, des réunions et des grèves d’artisans et d’ouvriers commencent. Au mois d’août, une cinquantaine d’enfileuses descendent dans la rue pour demander une augmentation de salaire. Elles affirment que, pour une journée de travail de douze heures, elles ne touchent que 30-35 centimes, alors que, selon les données officielles, leurs salaires devraient atteindre 50 centimes à 1 lire par jour. Cette situation, répond le Préfet, est due à «l’avidité des mistre qui touchent la plus grosse partie du salaire », La grève des enfileuses n’aboutit à rien, mais c’est seulement après cette initiative que les ouvriers des usines de production de perles s’organisent et présentent des pétitions pour demander des augmentations de salaire. Ce rôle «d’avant-garde» des enfileuses par rapport à leur catégorie se répète au début du XXe siècle.

La tentative la plus significative d’organisation d’un mouvement collectif date de 1904 quand, au cours d’une explosion de grèves de l’industrie et des artisans, les enfileuses à domicile se sont présentées à la Chambre du Travail Socialiste pour fonder une «ligue de résistance»”. Les journaux socialistes locaux affirmaient que les grèves avaient été possibles «grâce à l’activité et à la solidarité ferme et résolue des femmes». Déclenchée en janvier par les ouvrières de la Manufacture des Tabacs, la grève s’était étendue à d’autres catégories, parmi lesquelles les ouvrières de la filature de coton et avait également entrainé, pendant l’été, les enfileuses à domicile, puis les ouvrières des usines de perles. Mais comment cette «solidarité féminine» a-t-elle opéré et par quels biais la grève s’est-elle étendue ? Il doit s’agir d’une solidarité à caractère de voisinage ou de parenté, née dans le cadre d’un milieu commun, en une identité de lieux et de modes de vie qui semble échapper aux socialistes eux-mêmes, mais qui ressort des biographies des femmes du peuple, reconstruites d’après leurs témoignages oraux. Sur le plan politique, en effet, il se crée une hiérarchie entre les ouvrières des tabacs, qui mènent une révolte organisée et disciplinée, et les enfileuses qui, lors des assemblées, amènent avec elles leurs enfants qu’elles nourrissent encore au sein et dérangent par leur «bavardage et leur bruit continus» le discours du représentant socialiste.

Les socialistes se proposent «d’inculquer dans leurs esprits les grands avantages de l’organisation ouvrière, qui s’obtient en ayant confiance en soi et en ne subissant l’influence de qui que ce soit», en les invitant «à s’aligner sur l’attitude des ouvrières des tabacs qui ont récolté, peu de temps auparavant, les fruits de leur solide discipline et de leur organisation». Au cours des assemblées a été votée la proposition du conseil exécutif de la ligue, qui demandait une augmentation de salaire et l’abolition des «mistre». Autour du mot d’ordre «A bas les mistre», un consensus quasiment unanime parmi les cinq-cents femmes intervenues s’est créé, tandis que seulement cinq d’entre elles s’y sont opposées. Les socialistes, opposés à la proclamation immédiate de l’état de grève, n’arrivent pourtant pas à les contenir. Elles envahissent les ruelles de Venise et de Murano, à la poursuite des «mistre» et des «briseuses de grève» et, devant les portails des usines, elles incitent leurs compagnes à la grève.  Lorsque la contestation quitte les réunions et les assemblées pour gagner la rue, elle retrouve des formes spontanées et incontrôlées. Une dizaine d’enfileuses sont dénoncées pour avoir fait irruption dans les maisons des «mistre» et pour avoir détruit les instruments de travail et les caisses de perles. Ce grand exploit aboutit à certains résultats : les patrons concèdent une augmentation de salaire, mais ils ne modifient pas l’organisation du travail et n’abolissent pas le corps des «mistre».

Dans les années suivantes, la protestation des enfileuses est restée en sourdine, tandis que l’organisation syndicale dans le secteur du verre a fait d’énormes progrès. La référence des enfileuses n’est pas, en effet, la classe ouvrière des verreries. Leurs réseaux d’unification sont différents et sans doute sont-ils les moins prévisibles et les moins évidents. Dans le contexte du quartier, de la cour ou du «campiello», les relations entre artisans, ouvriers et ouvrières des usines et ces «extrêmes ramifications de l’organisme social» que sont les enfileuses à domicile revêtent des formes particulières ou impossibles à prévoir.

La reconstruction de la géographie et de la chronologie de la diffusion de ces premières grèves se présente comme un sujet qui a besoin d’approfondissements. En effet, il semble que la mobilité de l’emploi, ainsi que les relations de voisinage ou de parenté, favorisent des échanges et des communications qui échappent même aux classifications du discours socialiste.

ORGANISATION AND STRIKES AMONG DOMESTIC BEAD-THREADERS IN VENICE (19th-20th CENTURY)

In the nineteenth century, bead stringing was one of the most common occupation of lower-class women in Venice and Murano. In 1872 and 1904 bead-stringers went on strike asking for a wage increase and the abolition of the female middlemen commissionned by factory owners to employ labourers. The essay studies the way in which the strikes were organised and the role played by the socialists in the light of the more general problem of strike spreading among female workers in Venice. The argument is that given the mobility of labour and the medieval structure of the city neighbourhoods links were as important as trade corporativism or calls for unionisation.

*L’article reprend les thématiques développées dans Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Maria Teresa Sega, Perle e impiraperle. Un lavoro di donne a Venezia tra Ottocento e Novecento, catalogue de l’exposition Venise, mars 1990, Arsenale Editrice, Venise, 1990.

Les notes ont été omises dans cette présentation de l’article.