Archives de catégorie : Billets

Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée

Louise Bonvalet

Nous parlions dans un précédent billet des ablettes, petits poissons d’eau douce, nécessaires à la fabrication de l’Essence d’Orient, et de sa soi-disant découverte par le patenôtrier Jacquin à la fin du XVIIe siècle.

Il faut savoir que l’on continue d’utiliser les ablettes pour fabriquer les perles fausses – ou perles d’imitation – jusqu’au XXe siècle.
On trouve une brève explication de son utilisation à la fin du XIXe siècle dans le Supplément du Journal de Rouen du 6 septembre 1896 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_211) :

« Vous doutez-vous pourquoi on pêche en si grand nombre les ablettes ? Ce n’est pas pour leur chair, mais pour leurs écailles, qui servent à fabriquer des…. Perles fausses. Sur la surface inférieure des écailles de l’ablette, comme sur celle du gardon et d’autres poissons, se trouve en effet une sorte de vernis argenté. Or, cette matière est employée sous le nom d’ « essence d’Orient » à la fabrication des perles fausses, poussée maintenant à un degré incroyable d’imitation.
[…] Tout d’abord, pour que l’écaille du poisson puisse se détacher, il fallait laisser séjourner le poisson dans l’urine. Croit-on que des gargottiers parisiens – c’est un journal parisien de 1788 qui cite le fait – osaient jeter dans la friture les ablettes auxquelles on avait fait subir cet effroyable bain !
Aujourd’hui heureusement on fait dissoudre les écailles d’ablettes dans une solution alcaline. Pour fabriquer la perle fausse, il suffit d’introduire une goutte de cette essence nacrée, dans une petite boule de verre creuse, qu’on fait sécher rapidement et qu’on remplit ensuite avec de la cire fondue, qui fixe le nacre, contre les parois et donne de la solidité. Ainsi sont faits la plupart des bijoux de théâtre, et Méphistophélès peut exciter à bon marché la convoitise de Marguerite, avec un collier de perles… d’ablette ! »

On retrouve toujours l’utilisation de l’Essence d’Orient au début du XXe siècle dans la production des perles d’imitation. La Maison Jean Paisseau qui fabrique des perles en verre d’imitation, crée dans les années 1920 la nacrolaque, nouvelle matière composée d’acétate de cellulose et d’Essence d’Orient ! (Archives nationales du monde du travail, 65 AQ P1028) Les écailles d’ablette gardent donc leur importance.

Cependant, avec le développement des techniques et la production toujours plus rapide, un problème se pose : où pêcher des ablettes sans les faire disparaître de l’écosystème ?

Ablette dans le Robec à Rouen

La classification Kidd & Kidd des perles en verre

Louise Bonvalet

L’étude historique des perles en verre est intrinsèquement liée aux recherches archéologiques : les fouilles permettent de mettre au jour des perles venant de tous les continents. L’analyse de leur forme et de leur composition permet alors de comprendre leur origine.
Pour s’y retrouver, plusieurs archéologues ont tenté de classer les différents types de perles, pour avoir ensuite un cadre commun à tous les archéologues.

Bien que remise en question depuis, une classification particulière est souvent retenue comme base par les archéologues : celle proposée par Kenneth E. Kidd et Martha Ann Kidd en 1970 : « A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists » (celle-ci a été republiée par la suite, dans un article de la revue BEADS en 2012).

Lien de l’article (Kidd, Kenneth, et Kidd, Martha, « A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists », BEADS: Journal of the Society of Bead Researchers 24, nᵒ 1 (1 janvier 2012), pp.39‑61.)

Les deux archéologues, se basant d’abord sur les perles retrouvées en Amérique du Nord, ont voulu créer une classification en fonction de la manière dont les perles ont été fabriquées, mais aussi en fonction de leurs caractéristiques physiques.

Ils ont donc décidé de diviser les perles en 4 catégories :

  • La catégorie I : perles tubulaires et monochromes très simple et toutes leurs variations
  • La catégorie II : perles issues des tubulaires de la catégorie I, mais qui ont été re-chauffées pour avoir une forme ronde
  • La catégorie III : perles tubulaires formées de 2 couches ou plus qui sont ensuite rassemblées
  • La catégorie IV : perles issues des tubulaires de la catégorie III, mais qui ont été re-chauffées pour avoir une forme ronde

Chaque catégorie est ensuite divisée en sous-catégories, en fonction de caractéristiques physiques précises. Par exemple, la perle IIb est une perle ronde dérivée d’un tube monochrome sur lequel ont été peintes des lignes.

Type IIb

Pour pouvoir détailler au mieux les perles retrouvées, il faut ensuite en faire une description encore plus précise, en désignant la ou les couleurs utilisées (toutes définies dans la classification Kidd pour permettre une utilisation des mêmes noms et codes de couleurs) ainsi que le type de verre (transparent, semi-transparent, opaque).

En observant avec attention la fameuse perle rosetta de Venise, on peut observer diverses couches de verre coloré opaque, empilées les unes sur les autres, ce qui nous donne une perle de type IV selon cette classification.

Cette classification n’est cependant pas utile qu’aux archéologues, les descriptions de perles en verre que l’on peut trouver dans les inventaires après décès de certains patenôtriers peuvent dans certains cas nous permettre de catégoriser ces perles.

Il existe dans cette classification les perles de type W que nous n’avons pas décrites ici, appelées “wire-wound beads“, faites à la main. Elles ne semblent pas correspondre à la production que l’on peut retrouver en Normandie.

Les Perles de Venise d’Henri Crovetto

Louise Bonvalet

Si les perles en verre vénitiennes fascinent depuis des siècles les voyageurs, elles ont aussi inspiré les musiciens et une gavotte pour piano !

Bibliothèque nationale de France

Henri Crovetto est peu connu ; nous savons seulement qu’il a vécu entre le XIXe siècle et le XXe siècle et qu’il est français. En 1920, il publie ses oeuvres musicales chez E. Demets à Paris.

Un niveau intermédiaire de piano est requis pour pouvoir jouer cette danse, mais nous serions bien curieux.ses d’entendre le morceau, en imaginant Crovetto découvrir l’art des perles en verre lors d’un voyage à Venise !

Image accompagnant la partition

Lien vers la partition intégrale

Les perles carniollettes

Louise Bonvalet

On connait désormais les perles d’imitations appelées “perles fausses”, mais il existe un autre type d’imitation qui existe – au moins – à partir du XIXe siècle. Ce sont des perles en verre à l’intérieur desquelles est représenté un corail.

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866-1877) en donne la suivante définition :

On fabrique également sous le nom de perles de corail ou carniollettes des perles en verre qui ne sont autre chose que de petits tubes de verre réunis en masse irrégulière, afin de mieux imiter la disposition capricieuse de la branche du vrai corail. Ce genre de perles se vend au poids. Trieste a le monopole de cette fabrication, qu’il ne faut pas confondre avec l’imitation ordinaire du corail.

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. T. 12, p.632

Cette technique existe encore aujourd’hui et est appréciée des perliers et perlières que l’on retrouve en Normandie…

La légende Jacquin

Louise Bonvalet

Lorsque l’on étudie l’histoire des perles en verre en France, on se retrouve très vite confronté au nom du patenôtrier Jacquin. Ce Parisien a inventé à la fin du XVIIe siècle l’art d’imiter à la perfection les vraies perles, en créant l’essence d’Orient, invention brevetée en 1686.  Cette essence, faite à base d’écailles d’ablettes, insérée dans la perle en verre avec de la cire, permet d’imiter à la perfection les perles fines, à moindre coup.
Comment Jacquin a-t-il trouvé cette idée ? Il est difficile de savoir aujourd’hui la version exacte des faits, puisque c’est sa légende qui reste à la prospérité… Les versions diffèrent et sont toutes très postérieures à l’invention du patenôtrier…

Jacquin trouva, dit-on, en 1686, le secret d’imiter parfaitement les perles fines ; le secret lui fut révélé par le hasard. Il avait une petite habitation à Passy, sa cuisinière préparait pour son repas de petits poissons de rivière nommés ablettes ; Jacquin, qui probablement était affamé ce jour-là, et attendait à la cuisine que ses poissons fussent prêts, s’aperçut que leurs écailles en se détachant produisaient sur l’eau une croûte brillante comme de la nacre de perles. Il s’attacha à cette première indication et s en servit pour la composition des fausses perles. Le fond de ces perles est une boule de cire qu’on enveloppe dans une pâte dans laquelle entre l’écaille d’ablette ; il faut, dit-on, dix-huit à vingt mille ablettes pour former une livre de pâte à couvrir des perles. Ce poisson fort heureusement est excessivement commun. 

Magasin des demoiselles: morale, éducation, histoire, science, littérature, beaux-arts, 1846, p.159.

Dans cet extrait, l’auteur nous affirme qu’il tient l’information d’un descendant direct de Jacquin, racontant avoir cherché à imiter les vraies perles pour faire plaisir à sa récente belle-fille. Après des jours à chercher, il décide de sortir pour trouver l’inspiration :

Si le corps était éveillé, l’esprit, hélas ! dormait toujours ; car, arrivé, après de deux heures de marche, là où se trouve aujourd’hui le pont d’Asnières, et adressées à Dieu, à son saint patron et à son bon ange, le pauvre Jacquin n’était pas plus avancé qu’au moment de son départ de Paris.

Harassé de fatigue, mais plus désespéré encore, il allait peut-être prendre une résolution suprême, – rompre le mariage de son fils, si demoiselle Ursule persistait à demander le collier positivement promis par lui, lorsque, ô prodige !! apparait tout à coup sur l’eau une masse de matière irisée donnant les reflets des plus belles perles d’Orient…… c’était ce qu’il cherchait !

S’il avait su le grec, certes, notre patenôtrier eut sans doute répété le fameux mot eurêka, prononcé par Archimède découvrant la théorie du cylindre circonscrit, mais comme il ne connaissait pas plus Archimède que le grec, il se contenta d’appeler un pêcheur et de lui faire jeter son filet sur une quantité considérable de poissons ; car, ce que dans son étonnement, il avait pris pour une matière inerte, n’était autre chose qu’une espèce de petits poissons connus sous le nom d’able ou d’ablettes. Les recevoir du pêcheur, les emporter dans son laboratoire, leur enlever les écailles et en faire une pâte, telles furent ses seules occupations jusqu’au soir. Le jour paraissait à peine, et Jacquin qui, dans sa joie, n’avait pas fermé l’œil de la nuit, s’empressa de descendre à son laboratoire. […] 

Sauzay, A., La verrerie depuis les temps les plus reculés jusqu’a nos jours, 1868, Hachette, pp.259-260.

On attribue généralement l’art d’imiter les perles fines à un patenôtrier (fabricant de chapelets), qui vivait à Paris, en 1680, et qu’on nommait Janin ,ou Jaquin, ou plutôt Jacquin. Cet industriel, que sa découverte éleva bientôt au rang d’artiste, étant un jour à sa maison de campagne de Passy, observa que des ablettes qu’il faisait laver dans un baquet, semblaient argenter l eau au moyen de leurs petites écailles que le frottement détachait. Reconnaissant qu’elles avaient tout l’orient de la perle, il eut l’idée de l’appliquer, en le liant avec un mucilage, à l’intérieur de petites boules de verre soufflé, et donna à ce produit naturel et merveilleux le nom d’essence d’orient terme, assez impropre mais rendant cependant bien son usage et son emploi.

Barbot, C., Guide pratique du joaillier, ou: Traité complet des pierres précieuses, 1884, Hetzel, p.289

Plusieurs informations concordent et ressortent de ces récits : l’essence d’Orient est faite à base d’écailles d’ablettes, et c’est Jacquin, patenôtrier parisien, qui a créé la recette, étant par conséquent le premier à savoir imiter les perles fines… Mais en est-il vraiment ainsi … ?

L’impasse des Patenôtriers à Rouen

Louise Bonvalet

On trouve dans le Journal de Rouen du 27 mai 1851[1] une mention de « l’impasse des patenôtriers », faisant l’objet d’un projet de déclassement, ce qui l’amènera à disparaitre du cadastre quelques années plus tard.

Mais où se trouve-t-elle ?

Voici sa description dans le Journal de Rouen du 29 mai 1851 :

« l’impasse des Patenôtriers est un étroit passage qui conduit à des maisons particulières à l’aspect délabré, et que son entrée, fermée par une porte en bois, se trouve dans la rue du Ruissel, au milieu de cette rue, à droite en descendant vers le port, entre la rue du Varvot et la rue Neuve »

Journal de Rouen, 27 mai 1851

Par chance, la rue du Ruissel existe encore aujourd’hui, on y retrouve d’ailleurs le Musée de l’Education de Rouen.

© Louise Bonvalet
© Louise Bonvalet

Il est alors facile de retrouver le lieu actuel de cette impasse :

Visualizza a schermo intero

© Louise Bonvalet

L’impasse semble peu connue déjà en 1851 :

« Il est peu étonnant que l’impasse des Patenôtriers ne soit pas très connu à Rouen, car tout près de lui, dans la rue du Ruissel, les habitans ignorent jusqu’à son nom, et l’on demanderait l’impasse des Patenôtriers aux personnes mêmes qui y demeurent, qu’elles répondraient, pour la plupart, ne pas le connaitre »

Journal de Rouen, 29 mai 1851

De plus, le mot patenôtrier est quasiment oublié, et le journal explique à ses lecteurs le métier de ces faiseurs de perles, mais à sa manière :

« plus d’un riche chapelet, sorti des mains des habiles ouvriers qui l’occupaient jadis, a roulé entre les doigts des belles dames de Rouen ou dans ceux des pieuses recluses dont le renoncement aux choses de la terre n’allait pas jusqu’à leur faire repousser un ivoire ciselé avec coquetterie, lorsque leurs lèvres récitaient de dévotes patenôtres.

Mais les Patenôtriers ne confectionnaient pas seulement des chapelets, ils sculptaient aussi des parures mondaines, et plus d’une jolie femme ou d’un beau cavalier leur dut la coquette garniture de boutons d’ivoire qui complétait leur toilette.

En cela firent-ils œuvres mauvaises, et que ne pût même racheter le mérite d’avoir fourni tout Rouen de chapelets ? Nous ne saurions le dire ; mais ce que nous savons, c’est que leur vieille réputation est perdue, et que, sans la décision qui va bientôt faire disparaître un de leurs derniers souvenirs, beaucoup d’habitans [sic.]de notre ville ignoreraient encore que les Patenôtriers rouennais ont existé, et que leur corporation était assez importante pour donner son nom à l’enclos où leurs demeures étaient réunies. »

Journal de Rouen, 29 mai 1851

Le journaliste Beuzeville ici ne mentionne que les patenôtriers en ivoire, mais il existait dès le XVIe siècle à Rouen des patenôtriers en émail. Reste à voir quel.le.s patenôtrier.ère.s se trouvaient dans l’impasse…


[1] Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), JPL 3_122.

Grèves et syndicats de femmes dans l’industrie du verre à Venise: l’impiraressa

Ouvrières en perles à Venise, gravure de Ramus, dans Jules Gourdault, A travers Venise, Paris-Londres, 1883
Ouvrières en perles à Venise, gravure de Ramus, dans Jules Gourdault, A travers Venise, Paris-Londres, 1883

Anna Bellavitis

« L’impiraressa vénitienne. Grèves et syndicats de femmes dans l’industrie du verre à Venise

XIXe – XXe siècle », Sources, Travaux historiques, 25, 1991*

L’enfileuse de perles qui, assise devant la porte de sa maison, bavarde avec ses collègues pendant son travail, représente l’une des images les plus typiques et les plus conventionnelles de la femme du peuple à Venise, au XIXe et au début du XXe siècle.

Répandu surtout sur l’ile de Murano et dans les quartiers de Venise donnant sur le nord de la lagune, du côté de cette même ile, l’enfilage des perles constitue la phase finale de l’un des cycles de l’industrie du verre, que les femmes exécutaient traditionnellement à domicile. Les perles, obtenues de la coupe des tubes de verre, étaient enfilées sur des fils de coton ou de lin, puis renvoyées dans les verreries, où on les travaillait en colliers ou en vue de la décoration et de la couture.

Au XIXe siècle, l’industrie des perles vénitiennes est en phase d’expansion. Après la chute de la République de Venise et les guerres du début du siècle, sa reprise est assurée par le développement de l’exportation, Les fils de perles que les femmes confectionnaient à Venise et à Murano étaient envoyés dans les ateliers de haute couture de Paris, en Allemagne, en Pologne, en Russie et même à Constantinople, en Arménie et en Perse. En outre, les petites perles de verre coloré étaient utilisées comme marchandise d’échange dans les colonies africaines.

La tendance à la concentration industrielle s’accompagne, dès la fin du XIXe siècle, d’un processus de mécanisation qui, pourtant, ne touche presque pas l’enfilage. En augmentant ou en réduisant le réseau d’enfileuses à domicile en fonction de la demande, les entrepreneurs pouvaient, en fait, mieux profiter des oscillations d’un marché qui demeurait très instable.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on compte environ 2000 enfileuses à Venise. C’est une quantité remarquable, surtout dans le cadre de l’occupation féminine de l’époque, qui demeure fort traditionnelle et caractérisée par le travail à domicile. Les rares industries qui, au XIXe siècle, sont établies dans le centre historique de la ville, ou les activités plus traditionnelles sur le port, dans l’Arsenal ou dans les chantiers navals, n’offrent pas assez de travail à la population. La plupart, alors, se consacre à des activités précaires ou saisonnières, liées surtout au tourisme en expansion et aux petits commerces. Dans ce contexte, le travail féminin à domicile demeure quand même une ressource importante pour la famille ouvrière.

Il est pourtant difficile d’avoir des données précises sur la diffusion et l’organisation du métier d’enfileuse. En 1880, le préfet Sormani Moretti le souligne déjà. Dans sa Monografia Statistica, il remarque que l’enfilage des perles ne se fait pas seulement à domicile, mais aussi dans les institutions de charité, les couvents et les prisons, ce qui rend «difficile, pour ne pas dire impossible, de préciser le nombre d’enfileuses en activité». Il en compte, en gros, 1600, mais il nous donne aussi une autre information fort intéressante en faisant remarquer leur importante mobilité. Comme le métier ne requiert pas un grand apprentissage, il pouvait être abandonné et puis repris plusieurs fois au cours d’une vie, en fonction de la demande du marché et selon les besoins de la famille.

Les statistiques établies par la Chambre du Commerce et de l’Industrie entre les deux guerres nous donnent une idée du rapport entre le travail en usine et le travail à domicile: en 1924. Une usine qui emploie 1200 ouvriers procure du travail à 2500 enfileuses à domicile. Le rapport entre l’usine et les femmes était assuré par des intermédiaires, les «mistre» (maîtresses), qui se fournissaient en perles aux usines et les distribuaient ensuite à tout un réseau d’enfileuses qu’elles payaient directement. Parallèlement, Il existait des «ateliers d’enfilage», à base surtout familiale et gérés par les «mistre». L’enfilage s’appuyait sur une structure en quelque sorte indépendante : l’interlocutrice réelle des enfileuses était la «mistra», qui habitait souvent le même quartier et qui pouvait même être une voisine ou une parente. Toute réaction face à l’exploitation, toute tentative d’organisation se heurte à cette structure du travail et à sa fragmentation : non seulement le monde du travail à domicile échappe au regard investigateur des analyses statistiques, mais Il oppose aussi une résistance aux efforts d’organisation accomplis aussi bien par les catholiques que par les socialistes. Pour Giuseppe Toniolo, syndicaliste catholique, les relations entre employeur et ouvriers sont dans ces «ramifications extrêmes de l’organisme économique», «hostiles et incertaines», au point qu’elles «minent I’organisme social et déforment le caractère des générations» Toniolo et, plus tard, les socialistes, critiquent les formes secrètes et souterraines que prend la résistance à l’exploitation, comme par exemple la fraude sur les matières premières ou le changement continuel de commanditaires. Quelquefois, pourtant, la colère explose et se manifeste au grand jour. Dans les dernières décennies du XIXe et le début du XXe siècle, les enfileuses à domicile organisent deux véritables grèves, pendant deux périodes de grave crise du marché des perles en verre et en correspondance des plus importantes grèves générales qui se vérifient à Venise à l’époque. En juin 1872 la Police signale pour la première fois à Venise la présence de membres de l’Internationale Socialiste. Le climat en ville est très tendu. La grande dépression économique de l’époque et les lois antipopulaires promulguées par le gouvernement de la «Droite » ont provoqué plusieurs grèves longues et généralisées dans les grandes villes italiennes. Venise traverse en outre une période de difficile transition entre la domination autrichienne et le nouveau Royaume d’Italie, dont elle fait partie depuis 1805.

En été, à Venise même, des réunions et des grèves d’artisans et d’ouvriers commencent. Au mois d’août, une cinquantaine d’enfileuses descendent dans la rue pour demander une augmentation de salaire. Elles affirment que, pour une journée de travail de douze heures, elles ne touchent que 30-35 centimes, alors que, selon les données officielles, leurs salaires devraient atteindre 50 centimes à 1 lire par jour. Cette situation, répond le Préfet, est due à «l’avidité des mistre qui touchent la plus grosse partie du salaire », La grève des enfileuses n’aboutit à rien, mais c’est seulement après cette initiative que les ouvriers des usines de production de perles s’organisent et présentent des pétitions pour demander des augmentations de salaire. Ce rôle «d’avant-garde» des enfileuses par rapport à leur catégorie se répète au début du XXe siècle.

La tentative la plus significative d’organisation d’un mouvement collectif date de 1904 quand, au cours d’une explosion de grèves de l’industrie et des artisans, les enfileuses à domicile se sont présentées à la Chambre du Travail Socialiste pour fonder une «ligue de résistance»”. Les journaux socialistes locaux affirmaient que les grèves avaient été possibles «grâce à l’activité et à la solidarité ferme et résolue des femmes». Déclenchée en janvier par les ouvrières de la Manufacture des Tabacs, la grève s’était étendue à d’autres catégories, parmi lesquelles les ouvrières de la filature de coton et avait également entrainé, pendant l’été, les enfileuses à domicile, puis les ouvrières des usines de perles. Mais comment cette «solidarité féminine» a-t-elle opéré et par quels biais la grève s’est-elle étendue ? Il doit s’agir d’une solidarité à caractère de voisinage ou de parenté, née dans le cadre d’un milieu commun, en une identité de lieux et de modes de vie qui semble échapper aux socialistes eux-mêmes, mais qui ressort des biographies des femmes du peuple, reconstruites d’après leurs témoignages oraux. Sur le plan politique, en effet, il se crée une hiérarchie entre les ouvrières des tabacs, qui mènent une révolte organisée et disciplinée, et les enfileuses qui, lors des assemblées, amènent avec elles leurs enfants qu’elles nourrissent encore au sein et dérangent par leur «bavardage et leur bruit continus» le discours du représentant socialiste.

Les socialistes se proposent «d’inculquer dans leurs esprits les grands avantages de l’organisation ouvrière, qui s’obtient en ayant confiance en soi et en ne subissant l’influence de qui que ce soit», en les invitant «à s’aligner sur l’attitude des ouvrières des tabacs qui ont récolté, peu de temps auparavant, les fruits de leur solide discipline et de leur organisation». Au cours des assemblées a été votée la proposition du conseil exécutif de la ligue, qui demandait une augmentation de salaire et l’abolition des «mistre». Autour du mot d’ordre «A bas les mistre», un consensus quasiment unanime parmi les cinq-cents femmes intervenues s’est créé, tandis que seulement cinq d’entre elles s’y sont opposées. Les socialistes, opposés à la proclamation immédiate de l’état de grève, n’arrivent pourtant pas à les contenir. Elles envahissent les ruelles de Venise et de Murano, à la poursuite des «mistre» et des «briseuses de grève» et, devant les portails des usines, elles incitent leurs compagnes à la grève.  Lorsque la contestation quitte les réunions et les assemblées pour gagner la rue, elle retrouve des formes spontanées et incontrôlées. Une dizaine d’enfileuses sont dénoncées pour avoir fait irruption dans les maisons des «mistre» et pour avoir détruit les instruments de travail et les caisses de perles. Ce grand exploit aboutit à certains résultats : les patrons concèdent une augmentation de salaire, mais ils ne modifient pas l’organisation du travail et n’abolissent pas le corps des «mistre».

Dans les années suivantes, la protestation des enfileuses est restée en sourdine, tandis que l’organisation syndicale dans le secteur du verre a fait d’énormes progrès. La référence des enfileuses n’est pas, en effet, la classe ouvrière des verreries. Leurs réseaux d’unification sont différents et sans doute sont-ils les moins prévisibles et les moins évidents. Dans le contexte du quartier, de la cour ou du «campiello», les relations entre artisans, ouvriers et ouvrières des usines et ces «extrêmes ramifications de l’organisme social» que sont les enfileuses à domicile revêtent des formes particulières ou impossibles à prévoir.

La reconstruction de la géographie et de la chronologie de la diffusion de ces premières grèves se présente comme un sujet qui a besoin d’approfondissements. En effet, il semble que la mobilité de l’emploi, ainsi que les relations de voisinage ou de parenté, favorisent des échanges et des communications qui échappent même aux classifications du discours socialiste.

ORGANISATION AND STRIKES AMONG DOMESTIC BEAD-THREADERS IN VENICE (19th-20th CENTURY)

In the nineteenth century, bead stringing was one of the most common occupation of lower-class women in Venice and Murano. In 1872 and 1904 bead-stringers went on strike asking for a wage increase and the abolition of the female middlemen commissionned by factory owners to employ labourers. The essay studies the way in which the strikes were organised and the role played by the socialists in the light of the more general problem of strike spreading among female workers in Venice. The argument is that given the mobility of labour and the medieval structure of the city neighbourhoods links were as important as trade corporativism or calls for unionisation.

*L’article reprend les thématiques développées dans Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Maria Teresa Sega, Perle e impiraperle. Un lavoro di donne a Venezia tra Ottocento e Novecento, catalogue de l’exposition Venise, mars 1990, Arsenale Editrice, Venise, 1990.

Les notes ont été omises dans cette présentation de l’article.