Tous les articles par Louise Bonvalet

Mémoire sur les causes du dépeuplement de la Loire & des autres rivières d’Anjou qui y affluent

Louise Bonvalet

La pêche importante – voire intensive – des ablettes pour la fabrication des fausses perles crée des problèmes dans l’écosystème des fleuves et des rivières, et les savants le notent dès le XVIIIe siècle, comme le montre cette article de la Gazette du commerce du 16 septembre 1766 (p.651) :

« A la suite de ce Mémoire on en trouve un de MM. De la Société royale d’Agriculture d’Angers sur les causes du dépeuplement de la Loire & des autres rivières d’Anjou qui y affluent. Ceste Compagnie attribue ce dépeuplement qui devient très sensible, à l’usage de l’épervier, filet proscrit, & qui ne peut trop l’être, & à la pêche de l’able ou ablette, dont les écailles servent à faire les fausses perles. Sous prétexte de prendre des ablettes, les Pêcheurs tirent à terre en automne, avec des filets fort serrés, les petits de l’aloze, de la lamproye & du saumon, & les laissent périr sur le rivage, ce qui détruit ces especes préciseuses, perte immense, que l’avantage d’avoir des perles fausses en sçaurait balancer. »

Si on parle de la Loire ici, on peut aisément penser que la Seine et ses affluents étaient menacés de la même manière.

Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée

Louise Bonvalet

Nous parlions dans un précédent billet des ablettes, petits poissons d’eau douce, nécessaires à la fabrication de l’Essence d’Orient, et de sa soi-disant découverte par le patenôtrier Jacquin à la fin du XVIIe siècle.

Il faut savoir que l’on continue d’utiliser les ablettes pour fabriquer les perles fausses – ou perles d’imitation – jusqu’au XXe siècle.
On trouve une brève explication de son utilisation à la fin du XIXe siècle dans le Supplément du Journal de Rouen du 6 septembre 1896 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_211) :

« Vous doutez-vous pourquoi on pêche en si grand nombre les ablettes ? Ce n’est pas pour leur chair, mais pour leurs écailles, qui servent à fabriquer des…. Perles fausses. Sur la surface inférieure des écailles de l’ablette, comme sur celle du gardon et d’autres poissons, se trouve en effet une sorte de vernis argenté. Or, cette matière est employée sous le nom d’ « essence d’Orient » à la fabrication des perles fausses, poussée maintenant à un degré incroyable d’imitation.
[…] Tout d’abord, pour que l’écaille du poisson puisse se détacher, il fallait laisser séjourner le poisson dans l’urine. Croit-on que des gargottiers parisiens – c’est un journal parisien de 1788 qui cite le fait – osaient jeter dans la friture les ablettes auxquelles on avait fait subir cet effroyable bain !
Aujourd’hui heureusement on fait dissoudre les écailles d’ablettes dans une solution alcaline. Pour fabriquer la perle fausse, il suffit d’introduire une goutte de cette essence nacrée, dans une petite boule de verre creuse, qu’on fait sécher rapidement et qu’on remplit ensuite avec de la cire fondue, qui fixe le nacre, contre les parois et donne de la solidité. Ainsi sont faits la plupart des bijoux de théâtre, et Méphistophélès peut exciter à bon marché la convoitise de Marguerite, avec un collier de perles… d’ablette ! »

On retrouve toujours l’utilisation de l’Essence d’Orient au début du XXe siècle dans la production des perles d’imitation. La Maison Jean Paisseau qui fabrique des perles en verre d’imitation, crée dans les années 1920 la nacrolaque, nouvelle matière composée d’acétate de cellulose et d’Essence d’Orient ! (Archives nationales du monde du travail, 65 AQ P1028) Les écailles d’ablette gardent donc leur importance.

Cependant, avec le développement des techniques et la production toujours plus rapide, un problème se pose : où pêcher des ablettes sans les faire disparaître de l’écosystème ?

Ablette dans le Robec à Rouen

Magia naturalis et les fausses perles (1589?)

Louise Bonvalet

Giovanni Battista Della Porta rédige en 1558 sont célèbre ouvrage Magiae naturalis sive de miraculis rerum naturalium. Comme son nom l’indique, l’auteur y passe en revue diverses disciplines perçues alors comme “naturelles” et s’oppose aux disciplines surnaturelles (autrement dit : diaboliques).

La première édition, en latin, est divisée en 4 livres. Dès 1589, sa version complète est publiée, et on y trouve dans le livre VI deux recettes pour savoir “falsifier” les perles, c’est-à-dire pour fabriquer des perles fausses.

Come si falsifichino le perle (cap. XIII, libro VI)

Non sarà fuor di proposito aggiungere à queste il modo di falsificare le perle perche molti vi s’affannano intorno, io di quanti ne ho provati, se ben niuno à moi modo, pur questo è il men cattivo degli altri.

Modo di contrafar le perle
Piglia d’acqua vite finissima onze tre, e d’acqua forte, di alume di rocca, e sal nitro parti eguali onza una, ponivi dentro argento puro in foglio, e questi poni in una cucurbitula di vetro, col suo coperchio ben lutato, che non respiri, poni sotto il fimo dieci giorni, cavandolo fuori, troverai sopra l’acqua natante una bella pellicina di argento, ricoglila con un cucchiaro di argento, e serbala ben serrata, che non s’imbratti, riporrai la cucurbitola sotto il medesimo fimo per dieci altri giorni, poi leva e fa il medesimo, fin tanto che ne assumerà sopra, poi la restante acqua cola per pezza di lino in una boccietta di vetro, e vi porrai dentro tre oncie di argento vivo puro, serra, e poni pur sotto il fimo per venti giorni, e troverai l’argento vivo soluto in acqua, ponetevi dentro un’oncia di perle minute, e lutato il vase poni pur di sotto il fimo per quindeci giorni, e si muteranno in acqua, e sopra l’acqua una certa ontuosità, quale si chiama il grasso delle perle, ricogli come prima, e conservala, torna l’acqua nel medesimo fimo, e dopo li medesimi giorni, apri, e ricogli medesimamente la grassezza, fin tanto che ne verrà di sopra, l’acqua rimasta fa evaporar à fuoco lento, finche secchi, all’ultimo dà fuoco forte, finche sublimi l’argento vivo, che le perle restaranno calcinate nel fondo del vase bianche: togli quella, & impasta con due parti serbate dall’argento, & una di quella delle perle dell’ontuoso, questa pasta ponete nelle forme di argento della grandezza delle perle, che volete fare, e formatole, le passarete con un fil di argento sottile, quando desideri il forame, lasciandole finche si rassodino nelle formi, che farà fra un’hora, toglile poi, e ponile à seccar dentro una carasina all’ombra per un giorno: e secche poi ungerete col liquor delle perle parte una, e che sia il doppio di quello, con l’argento con un pennello, e fatele poi seccare all’ombra, cosi’ per cinque volte dentro una carrafina, e poni al Sole per sei giorni. Ponnosi anchor falsificar le perle in

            Altro modo
Si piglia la lagrima chiarissima del mastice, e fattone quantità si accomoda su le punte di due stecchi di legno, o’ di ferro, e si vada sempre avolgendo sù le punte de’ legnetti, riscaldando, e tenendola molle al lume di una candela, me che non si macchino dal fumo, che sempre si andrà trasmutando in un bellissimo colore di perle, che pareranno naturali, che con difficultà si conoscono dalle vere, e durano nel bel suo colore per alcun mese. Il modo di farle con gli occhi delle seppie non lo pongo quà, perche è troppo volgare”

Della magia naturale, da Pompeo Sarnelli, 1677, pp.224-225.

La classification Kidd & Kidd des perles en verre

Louise Bonvalet

L’étude historique des perles en verre est intrinsèquement liée aux recherches archéologiques : les fouilles permettent de mettre au jour des perles venant de tous les continents. L’analyse de leur forme et de leur composition permet alors de comprendre leur origine.
Pour s’y retrouver, plusieurs archéologues ont tenté de classer les différents types de perles, pour avoir ensuite un cadre commun à tous les archéologues.

Bien que remise en question depuis, une classification particulière est souvent retenue comme base par les archéologues : celle proposée par Kenneth E. Kidd et Martha Ann Kidd en 1970 : « A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists » (celle-ci a été republiée par la suite, dans un article de la revue BEADS en 2012).

Lien de l’article (Kidd, Kenneth, et Kidd, Martha, « A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists », BEADS: Journal of the Society of Bead Researchers 24, nᵒ 1 (1 janvier 2012), pp.39‑61.)

Les deux archéologues, se basant d’abord sur les perles retrouvées en Amérique du Nord, ont voulu créer une classification en fonction de la manière dont les perles ont été fabriquées, mais aussi en fonction de leurs caractéristiques physiques.

Ils ont donc décidé de diviser les perles en 4 catégories :

  • La catégorie I : perles tubulaires et monochromes très simple et toutes leurs variations
  • La catégorie II : perles issues des tubulaires de la catégorie I, mais qui ont été re-chauffées pour avoir une forme ronde
  • La catégorie III : perles tubulaires formées de 2 couches ou plus qui sont ensuite rassemblées
  • La catégorie IV : perles issues des tubulaires de la catégorie III, mais qui ont été re-chauffées pour avoir une forme ronde

Chaque catégorie est ensuite divisée en sous-catégories, en fonction de caractéristiques physiques précises. Par exemple, la perle IIb est une perle ronde dérivée d’un tube monochrome sur lequel ont été peintes des lignes.

Type IIb

Pour pouvoir détailler au mieux les perles retrouvées, il faut ensuite en faire une description encore plus précise, en désignant la ou les couleurs utilisées (toutes définies dans la classification Kidd pour permettre une utilisation des mêmes noms et codes de couleurs) ainsi que le type de verre (transparent, semi-transparent, opaque).

En observant avec attention la fameuse perle rosetta de Venise, on peut observer diverses couches de verre coloré opaque, empilées les unes sur les autres, ce qui nous donne une perle de type IV selon cette classification.

Cette classification n’est cependant pas utile qu’aux archéologues, les descriptions de perles en verre que l’on peut trouver dans les inventaires après décès de certains patenôtriers peuvent dans certains cas nous permettre de catégoriser ces perles.

Il existe dans cette classification les perles de type W que nous n’avons pas décrites ici, appelées “wire-wound beads“, faites à la main. Elles ne semblent pas correspondre à la production que l’on peut retrouver en Normandie.

Etat des verreries et verroteries de Venise en 1855

Louise Bonvalet

On trouve dans les publications françaises du XIXe siècle un portrait négatif de l’état des fabriques de verre et de perles à Venise, à l’instar de cet article tiré de la Revue franco-italienne. Il y est souvent question de la décadence de l’industrie vénitienne face à celles de Bohême ou encore de France.

“Verreries et verroteries de Venise. – Les fabriques et le commerce de verrerie et de verroterie à Venise ont été de tous temps d’une grande importance, y compris les fabriques célèbres de glaces. Maintenant celles-ci ont perdu non-seulement leur célébrité, mais aussi la méthode de leur fabrication, et elles ont cédé la place aux glaces de Bohême, de France et de Belgique, qui ont adopté d’autres moyens avec lesquels on arrive à donner aux glaces des dimensions, que le soufle [sic.] de l’ouvrier vénitien ne pouvait pas atteindre. Le commerce des glaces et des verroteries (conterie, perle, margherite) était autrefois si important que, pour en encourager la production, l’ancien gouvernement aristocratique du pays, si chatouilleux à l’égard de la noblesse qu’il privait les enfants d’un mariage inégal, permettait le mariage entre un de ses nobles patriciens et la fille d’un fabricant de glace ou de verroterie.
            Dans les temps les plus reculés, on a relégué dans une île près de Venise (Murano) les fabriques de verroterie, de peur d’incendie ; et cette île doit sa prospérité et même sa population à ces fabriques. Les ouvriers de ces fabriques, et ceux même qui, en dehors d’elle et de Murano, travaillent à Venise au feu d’une lampe au suif (à lume) pour obtenir d’autres articles, étaient réunis en corporations qui avaient le monopole ; et le Conseil des Dix, cette redoutable magistrature de la République, s’en était réservé la surveillance. Ces corporations ont été dissoutes dès 1806, sous le royaume d’Italie, c’est-à-dire que le monopole a été aboli et la liberté à tous d’exercer ces arts a été proclamée. La concurrence a amené le bon marché et même la guerre de bon marché entre les fabricants ; guerre qui a fini par un traité de paix et d’alliance, et qui nous ramena de fait, sinon en droit, au monopole.
            Pour obtenir les conteries, trois opérations sont nécessaires, qui forment trois parties d’un seul art. La première est la composition de la matière, la plus importante pour les conteries fines, telles que pierres précieuses imitées, la célèbre aventurine, etc. La seconde partie consiste dans le travail de l’ouvrier, qu’on appelle margueritier (margariter en patois vénitien), et qui arrondit les perles au feu des fours spéciaux. Vient ensuitre la besogne d’un autre genre d’ouvrier, le perler (en patois), qui applique à lume, comme nous avons dit plus haut.
            Le margariter travaille à la matière déjà perlée et en prépare les perles percées qui se vendent enfilées. Le perler traite la matière non percée et en forme des perles percées au moyen d’un fil de fer sur lequel il fait dégoutter la substance enflammée. Les perles sont ornées en employant en guise de pinceaux des bâtons (canne) de verre (smalto) très minces de différentes couleurs approchés de la flamme. Ce sont les perler qui savent produire des fils de verre aussi minces que de la soie, dont on fait des vases, des verres, des corbeilles, etc.
            Il est à remarquer que le brillant qu’on donne aux perles et aux marguerites ne se fait pas à Venise ou à Murano, mais en Bohême, à cause du meilleur marché.
            Parmi les articles les plus remarquables, on comptait ceux à filigrane, ceux à mille fleurs et l’aventurine artificielle, ce chef-d’œuvre des smalti. Ces arts étaient perdus ; ils ont été retrouvés récemment. M. Pierre Bigaglia, qui a produit la plus belle aventurine dont on a vraiment prétendu avoir découvert l’art en France, a inventé aussi une autre espèce de smalto à petits points rouges, verts et jaunes sur un fond noir, auquel il a donné le nom d’ossidiana.
            En d’autres temps, les conteries, c’est-à-dire les articles que nous venons de signaler, étaient l’objet d’un commerce très étendu en Syrie, en Egypte, et dans d’autres pays de l’Afrique, et par tout l’Orient. En quelques pays elles avaient même cours comme de l’argent. Maintenant, on en fait un grand commerce en Angleterre et en Hollande. Londres et Liverpool d’un côté, Hambourg et Amsterdam de l’autre, sont les centres principaux des envois en Amérique et aux colonies anglaises et hollandaises.
            Une exportation considérable a lieu, surtout à la Guinée, au Congo, à la Cafrerie, au Zanguebar et en Abyssinie. Là les Européens en font un grand commerce d’échange avec les produits naturels du pays. La France en opère un trafic semblable dans ses colonies du Sénégal, et elle en reçoit en échange du sable d’or, de l’ambre, des bois précieux et de la gomme arabique. En France, on exécute avec des marguerites de Venise une quantité de jolis travaux.
            L’Allemagne et surtout la Prusse en font autant. Lemberg et Bordy trafiquent avec la Russie, et Constantinople est le centre des commissions pour la Perse, l’Arménie et autres provinces de l’Asie. Alexandrie continue d’être une échelle importante pour l’exportation des conteries aux côtes orientales de l’Afrique et de l’Asie, le long de la mer Rouge. Les ports barbaresques en fournissent les marchés de toutes les tribus africaines voisines, d’où ces articles sont introduits dans les régions centrales de l’Afrique.
            On prétend que la quantité de ces produits dépasse même celui des temps anciens, mais que la baisse du prix a grandement diminué la recette. On en évalue la quantité à 2,320,000 kil., et la valeur à 5 millions de francs.
            En 1844, cette industrie comptait à Venise 15 fabriques, 78 vases, et 1,000 ouvriers. […]

Dr P. Maestri”

Source : « IX. Des Industries qui ont pour objet les substances minérales. ARTS CERAMIQUES », Revue franco-italienne : journal hebdomadaire non politique : sciences, industrie, commerce, littérature, beaux-arts, théâtres, 25 janvier 1855, p.27

Les Perles de Venise d’Henri Crovetto

Louise Bonvalet

Si les perles en verre vénitiennes fascinent depuis des siècles les voyageurs, elles ont aussi inspiré les musiciens et une gavotte pour piano !

Bibliothèque nationale de France

Henri Crovetto est peu connu ; nous savons seulement qu’il a vécu entre le XIXe siècle et le XXe siècle et qu’il est français. En 1920, il publie ses oeuvres musicales chez E. Demets à Paris.

Un niveau intermédiaire de piano est requis pour pouvoir jouer cette danse, mais nous serions bien curieux.ses d’entendre le morceau, en imaginant Crovetto découvrir l’art des perles en verre lors d’un voyage à Venise !

Image accompagnant la partition

Lien vers la partition intégrale