À propos

Ce carnet de recherche offre un panorama de l’avancée des recherches du projet “RIN-Recherche-Émergent” PerMA: Production et commerce des perles en verre de la Méditerranée à l’Atlantique (16ème-20ème siècles) (2022-2024), financé par la Région Normandie et dirigé par Anna Bellavitis, professeure d’histoire moderne à l’Université de Rouen Normandie. (https://www.normandie-univ.fr/wp-content/uploads/sites/72/2022/06/Deliberation-CP-Region-RIN-EMERGENT-2022_13.06.2022.pdf). Louise Bonvalet, docteure en histoire moderne et Lise Levieux, docteure en histoire médiévale, sont post-doctorantes dans le cadre du projet.

La fabrication de perles en verre fait aujourd’hui l’objet d’une attention nouvelle et a été inscrite à l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel depuis 2018, en France et, depuis 2019, en Italie. (Cf. FICHE D’INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL L’artisanat de la perle de verre en France)

En 2020 l’UNESCO a décidé d’inclure l’art de la perle de verre dans la “Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité” (Décision du Comité intergouvernemental 15.COM 8.B.34) https://ich.unesco.org/fr/RL/l-art-de-la-perle-de-verre-01591.

Objet global, les perles en verre ont voyagé entre les mers comme monnaie d’échange, articles de mode et ont joué un rôle-clé dans le commerce triangulaire et la traite à l’époque moderne. Les ports méditerranéens comme les ports atlantiques ont vu transiter des grandes quantités de perles en verre, qui font aujourd’hui l’objet de recherches archéologiques en Europe comme dans les autres continents. Venise reste au coeur de la production et du commerce pendant toute l’époque moderne, mais progressivement d’autres régions s’affirment, dont la Normandie, qui devient un lieu important de production et commerce. À partir des port normands les perles sont envoyées vers les Amériques, l’Afrique et l’Asie. Le projet se propose l’étude de deux centres majeurs de la production et du commerce, Venise et Rouen, des échanges d’artisans et de techniques entre Venise et la France et se concentrera tout particulièrement sur le travail des femmes, qui a toujours été très important dans toutes les phases de la production.

Contacts :

Anna Bellavitis (anna.bellavitis@univ-rouen.fr)
Louise Bonvalet (louise.bonvalet1@univ-rouen.fr)