Affaire Gineston, émailleur – Tentative d’empoisonnement avec du vin de Grenache

Louise Bonvalet

Le Journal de Rouen relate une sordide histoire de tentative d’empoisonnement entre deux émailleurs parisiens en 1845. Dans sa « Revue Judiciaire », le journal propose de suivre le procès de Joseph Gineston, émailleur, accusé d’avoir tenté d’empoisonner son concurrent Monsieur Lévy-Lebrun, étant jaloux que celui-ci fasse de l’émail de meilleure qualité que lui…

Journal de Rouen du 9 août 1845 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_111)

« L’accusé est introduit. Il déclare se nommer Joseph Gineston, âgé de 44 ans, fabricant d’émaux, né à Crozofon, commune d’Entraygues (Aveyron), demeurant à Grenelle, près Paris. L’accusé a des cheveux d’un noir de jais, sont teint est pâle, sa figure est régulière et assez distinguée. Il est vêtu d’un habit noir.
On donne lecture de l’acte d’accusation. Le fait principal est celui-ci : le 31 décembre dernier, le sieur Lévy-Lebrun, fabricant d’émaux, passage Chapon, à Paris, reçut un paquet contenant deux bouteilles de vin de Grenache. Le lendemain on avait douze à quinze personnes à diner. On but du vin de Grenache, mais, non de celui-là. Levy [sic], après le diner, goûta le vin envoyé par une personne qu’on ne connaissait pas. Il le trouva amer, en fit goûter à sa femme, qui fit la même observation, et ils se félicitèrent de n’en avoir pas offert à leurs convives. La nuit suivante, ils ressentirent de violents coliques. Le médecin fut appelé, qui en fit goûter à un chien. Le chien mourut presque aussitôt. On analysa le vin, qui contenait du poison. Les époux ne portèrent plainte que le 15 janvier. On retrouva le commissionnaire qui avait porté le vin de Grenache. Deux eprsonnes furent arrêtées bientôt. Gineston seule a été maintenu dans la prévention. Gineston avait manifesté souvent une violente jalousie contre Lévy, émailleur comme lui, et qui, disait-il, lui avait fait perdre plus de 100,000 fr. Il avait dit publiquement que Lévy-Lebrun était un cochon, qu’il lui ferait un tour de chien ; un mois avant l’envoi des bouteilles, Lévy s’était mis à fabriquer un émail blanc, d’une qualité parfaite, tandis qu’auparavant Gineston était seul à fabriquer cette sorte d’émail.
Des perquisitions sont faites chez Gineston, qui a, dès le premier moment de l’accusation, montré un très grand trouble. On a trouvé dans son laboratoire deux vases contenant la substance qui avait servi à l’empoisonnement du vin. Gineston déclara d’abord qu’il ne savait pas quelle substance contenaient ces vases. Gineston avait acheté du vin de Grenache, quinze bouteilles, en 1843. La commissionnaire à qui Gineston aurait remis les deux bouteilles arsénique, l’adresse écrite de M. Lévy, a donné le signalement de Gineston, qui se rapporte parfaitement à lui, mais il n’a pu positivement le reconnaitre. Des experts ont déclaré que l’adresse avait dû être écrite par Gineston. On a trouvé chez Gineston du papier jaune absolument semblable à celui qui enveloppait les deux bouteilles.
M. LE PRESIDENT : Gineston, de votre pays où vous aviez été gardeur de troupeaux, vous êtes venu à Sèvres ; à quelle époque ?
GINESTON : en 1827 ou 28.
D. Vous étiez voisin d’un sieur Lambert ; il parait que vous auriez surpris les secrets de fabrication de Lambert, et que ce fabricant d’émaux étant décédé, vous auriez mis sa femme dans la plus fâcheuse position ?
GINESTON, qui zézaie et qui a un accent méridional extrêmement prononcé : Ze voudrais qu’on mé dise par quels moyens zai nui à Mme Lambert.
D. Il parait que, depuis, vous avez manifesté une grande animosité contre la position naissante de Levy. – R. Non, Monsieur, c’est une erreur.
D. Le 31 décembre, deux bouteilles de vin de Grenache ont été remises à Mme Lévy ; l’une de ces deux bouteilles contenait très certainement les matières les plus nuisibles. Est-ce vous qui les avez envoyées ? R. Ce n’est pas moi.
D. Le lendemain, il y avait réunion de famille chez Lévy ; le mari et la femme ont seuls bu du vin envoyé, et tous deux ont été fort malades, et un chien à qui on avait fait goûter le vin est mort.
GINESTON : Je ne nie pas ces faits ; je prétends que j’y suis étranger.
M. LE PRESIDENT : Les époux Gineston [sic.] furent conduits à rechercher s’ils avaient des ennemis, s’il y avait des personnes avec qui ils avaient eu des contestations vives, et ils ont désigné une personne et vous.
GINESTON : Je ne sais nullement les raisons qui ont porté M. Lévy à m’accuser.
M. LE PRESIDENT : On a fait chez vous deux perquisitions, l’un le 15 janvier, l’autre le 19. Le 15, on a trouvé chez vous deux sortes de papier. Les bouteilles étaient dans du papier brun, et l’adresse qui était dessus était en papier jaune. Les deux espèces de papier trouvées chez vous étaient parfaitement identiques avec les papiers qui accompagnaient le vin. – R. Je ne conteste pas cela.
D. Le 19, on a trouvé chez vous de l’arséniate de potasse à l’état de dissolution, et c’est de l’arséniate de potasse qui avait servi à empoisonner le vin ? – R. L’arséniate était chez moi depuis long-temps ; il m’avait servi à faire des expériences pour faire de l’arséniate de cuivre, pour faire du vert de sel. Je n’aurais pas d’ailleurs eu besoin de faire dissoudre d’avance l’arséniate de potasse ; il se serait dissous dans le vin.
M. LE PRESIDENT : Mais l’accusation croit que vous auriez trouvé plus commode de faire dissoudre l’arséniate à l’avance, que vous auriez trouvé cela plus sûr, plus certain. Le 31 décembre dernier, êtes-vous allé à Paris ? – R. Je ne m’en souviens pas. J’allais à Paris quelquefois trois ou quatre jours de suite, et ensuite j’étais huit ou dix jours sans y aller.
D. Mais vous aviez un établissement à Paris, tenu par un sieur Bourdet ; et quand vous alliez à Paris, vous ne manquiez pas d’y aller ? – R. Quelquefois j’y allais ; mais parfois aussi je passais devant sans m’y arrêter.
D. Nous verrons cela ; mais ce jour-là vous êtes rentré dans votre établissement. Le commissionnaire à qui on a remis les bouteilles, rue de Grenelle-Saint-Honoré, a déclaré que la personne qui les lui a remises portait une longue barbe et zézayait, c’est-à-dire avait une prononciation qui est assez rare à Paris. Vous n’aviez pas la barbe : il parait même que vous n’aviez jamais porté de longue barbe ; mais l’accusation croit que vous avez pu vous en mettre une ; quant à la prononciation, c’est bien la vôtre.
Il y a ensuite l’adresse. Les experts ont déclaré que c’était bien votre écriture, à l’exception de deux ou trois lettres, qui semblaient d’ailleurs avoir été déguisées avec intention. (On soumet l’adresse à l’accusé).
GINESTON : Cela ressemble à mon écriture, je ne le nie pas, mais ce n’est pas moi qui ai écrit cette adresse.
M. LE PRESIDENT : Comment expliquez-vous cette ressemblance ? Est-ce que vous l’attribuez à Lévy ? – R. Quelqu’un aura pu garder mon adresse, Lévy ou un autre, et l’aura mise sur les bouteilles.
D. Mais si c’était Lévy qui eût joué cette infâme comédie, il l’aurait donc poussé jusqu’à la tragédie, pour mieux dissimuler, car lui et sa femme ont été empoisonnés, cela n’est pas contestable. – R. Je ne dis pas que ce soit M. Lévy plutôt qu’un autre.
M. LE PRESIDENT : Le commissionnaire qui a porté les bouteilles avait une plaque portant le n°5039. Il a déclaré que la personne aux bouteilles avait pris son numéro sur un portefeuille. Or, chez vous on a trouvé un portefeuille ancien, qui portait le chiffre 5039. L’accusation voit une charge nouvelle dans le rapport qui existe entre les deux chiffres.
GINESTON : C’est probablement l’indication d’une somme d’argent. Je ne suis pas bien spur que ce chiffre ne soit pas le résultat d’un comte [sic.] entre M. Julien Lacroix, de Grenelle, et moi. Ce portefeuille est très ancien, il contient des lettres d’une correspondance que j’ai eue avec des négocians de Venise.
On passe à l’audition des témoins.
Les époux Lévy sont les premiers entendus. Ils rendent compte des circonstances qui leur sont personnelles, dans des termes qui confirmeront les détails donnés par l’acte d’accusation.
MM. Bourrière et Chevalier, chimistes, et le docteur Bayard, entendus à titre d’experts, rendent compte de leurs expertises : ils déclarent n’avoir aucun doute sur la nature de la substance que contenait le vin de Grenache : c’était de l’arsénate [sic.]de potasse.
Le commissionnaire et l’apprenti bijoutier ne reconnaissent point la figure de l’accusé, mais seulement sa taille et sa voix. Le jeune apprenti est particulièrement affirmatif au sujet de l’accent qu’il a remarqué chez l’homme qu [sic.]parlait au commissaire.
Après d’autres dépositions, qui offrent moins d’intérêt, l’audience est levée et les débats sont renvoyés au lendemain. »

Journal de Rouen du 10 août 1845 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_111)

« L’audition des témoins a continué aujourd’hui devant la cours d’assises de la Seine. On a principalement entendu M. Chevalier, chimiste, et M. le docteur Devergies, chargés conjointement d’une nouvelle expertise. M. Chevalier a déclaré de nouveau que le vin de Grenache envoyé aux époux Lévy avait été saturé d’une quantité assez notable d’arséniate de potasse ; se renfermant, toutefois, dans la spécialité de sa mission, il ne s’est point expliqué sur la question de savoir si cette quantité était suffisante pour donner la mort. Ce dernier point a été traité par M. le docteur Devergie, qui a émis l’opinion que la dose de substance tonique mélée au vin de Grenache n’était point telle qu’elle dût inévitablement occasionner la mort. Les symptômes observés chez M. Lévy, et sa prompte guérison ont confirmé le témoin dans cette opinion.
L’accusation a été soutenue avec force, dans toutes ses partie [sic.], par M. l’avocat-général Glandaz.
Me Chaix-d’Est-Ange a présenté ensuite la défense, en s’attachant à démontrer que les débats n’avaient aucunement éclairci la mystérieuse obscurité qui règne encore sur la véritable origine de l’envoi fait aux époux Lévy.
Après le résumé de M. le président Poultier, le jury s’est retiré pour délibérer.
Au bout d’une demi-heure, le jury a rapporté un verdict négatif sur toutes les questions.
En conséquence, la cour a prononcé l’acquittement de l’accusé.
Le sieur Gineston s’est retiré après avoir remercié avec effusion son défenseur. »



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2023, 11 septembre). Affaire Gineston, émailleur – Tentative d’empoisonnement avec du vin de Grenache. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/st2r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.