Mémoire sur les causes du dépeuplement de la Loire & des autres rivières d’Anjou qui y affluent

Louise Bonvalet

La pêche importante – voire intensive – des ablettes pour la fabrication des fausses perles crée des problèmes dans l’écosystème des fleuves et des rivières, et les savants le notent dès le XVIIIe siècle, comme le montre cette article de la Gazette du commerce du 16 septembre 1766 (p.651) :

« A la suite de ce Mémoire on en trouve un de MM. De la Société royale d’Agriculture d’Angers sur les causes du dépeuplement de la Loire & des autres rivières d’Anjou qui y affluent. Ceste Compagnie attribue ce dépeuplement qui devient très sensible, à l’usage de l’épervier, filet proscrit, & qui ne peut trop l’être, & à la pêche de l’able ou ablette, dont les écailles servent à faire les fausses perles. Sous prétexte de prendre des ablettes, les Pêcheurs tirent à terre en automne, avec des filets fort serrés, les petits de l’aloze, de la lamproye & du saumon, & les laissent périr sur le rivage, ce qui détruit ces especes préciseuses, perte immense, que l’avantage d’avoir des perles fausses en sçaurait balancer. »

Si on parle de la Loire ici, on peut aisément penser que la Seine et ses affluents étaient menacés de la même manière.



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2024, 3 mai). Mémoire sur les causes du dépeuplement de la Loire & des autres rivières d’Anjou qui y affluent. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10swe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.