Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée

Louise Bonvalet

Nous parlions dans un précédent billet des ablettes, petits poissons d’eau douce, nécessaires à la fabrication de l’Essence d’Orient, et de sa soi-disant découverte par le patenôtrier Jacquin à la fin du XVIIe siècle.

Il faut savoir que l’on continue d’utiliser les ablettes pour fabriquer les perles fausses – ou perles d’imitation – jusqu’au XXe siècle.
On trouve une brève explication de son utilisation à la fin du XIXe siècle dans le Supplément du Journal de Rouen du 6 septembre 1896 (Archives départementales de Seine-Maritime, JPL 3_211) :

« Vous doutez-vous pourquoi on pêche en si grand nombre les ablettes ? Ce n’est pas pour leur chair, mais pour leurs écailles, qui servent à fabriquer des…. Perles fausses. Sur la surface inférieure des écailles de l’ablette, comme sur celle du gardon et d’autres poissons, se trouve en effet une sorte de vernis argenté. Or, cette matière est employée sous le nom d’ « essence d’Orient » à la fabrication des perles fausses, poussée maintenant à un degré incroyable d’imitation.
[…] Tout d’abord, pour que l’écaille du poisson puisse se détacher, il fallait laisser séjourner le poisson dans l’urine. Croit-on que des gargottiers parisiens – c’est un journal parisien de 1788 qui cite le fait – osaient jeter dans la friture les ablettes auxquelles on avait fait subir cet effroyable bain !
Aujourd’hui heureusement on fait dissoudre les écailles d’ablettes dans une solution alcaline. Pour fabriquer la perle fausse, il suffit d’introduire une goutte de cette essence nacrée, dans une petite boule de verre creuse, qu’on fait sécher rapidement et qu’on remplit ensuite avec de la cire fondue, qui fixe le nacre, contre les parois et donne de la solidité. Ainsi sont faits la plupart des bijoux de théâtre, et Méphistophélès peut exciter à bon marché la convoitise de Marguerite, avec un collier de perles… d’ablette ! »

On retrouve toujours l’utilisation de l’Essence d’Orient au début du XXe siècle dans la production des perles d’imitation. La Maison Jean Paisseau qui fabrique des perles en verre d’imitation, crée dans les années 1920 la nacrolaque, nouvelle matière composée d’acétate de cellulose et d’Essence d’Orient ! (Archives nationales du monde du travail, 65 AQ P1028) Les écailles d’ablette gardent donc leur importance.

Cependant, avec le développement des techniques et la production toujours plus rapide, un problème se pose : où pêcher des ablettes sans les faire disparaître de l’écosystème ?

Ablette dans le Robec à Rouen


Citer ce billet
Louise Bonvalet (2024, 23 avril). Les ablettes : petits poissons pour production de longue durée. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9gy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.