La classification Kidd & Kidd des perles en verre

Louise Bonvalet

L’étude historique des perles en verre est intrinsèquement liée aux recherches archéologiques : les fouilles permettent de mettre au jour des perles venant de tous les continents. L’analyse de leur forme et de leur composition permet alors de comprendre leur origine.
Pour s’y retrouver, plusieurs archéologues ont tenté de classer les différents types de perles, pour avoir ensuite un cadre commun à tous les archéologues.

Bien que remise en question depuis, une classification particulière est souvent retenue comme base par les archéologues : celle proposée par Kenneth E. Kidd et Martha Ann Kidd en 1970 : « A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists » (celle-ci a été republiée par la suite, dans un article de la revue BEADS en 2012).

Lien de l’article (Kidd, Kenneth, et Kidd, Martha, « A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists », BEADS: Journal of the Society of Bead Researchers 24, nᵒ 1 (1 janvier 2012), pp.39‑61.)

Les deux archéologues, se basant d’abord sur les perles retrouvées en Amérique du Nord, ont voulu créer une classification en fonction de la manière dont les perles ont été fabriquées, mais aussi en fonction de leurs caractéristiques physiques.

Ils ont donc décidé de diviser les perles en 4 catégories :

  • La catégorie I : perles tubulaires et monochromes très simple et toutes leurs variations
  • La catégorie II : perles issues des tubulaires de la catégorie I, mais qui ont été re-chauffées pour avoir une forme ronde
  • La catégorie III : perles tubulaires formées de 2 couches ou plus qui sont ensuite rassemblées
  • La catégorie IV : perles issues des tubulaires de la catégorie III, mais qui ont été re-chauffées pour avoir une forme ronde

Chaque catégorie est ensuite divisée en sous-catégories, en fonction de caractéristiques physiques précises. Par exemple, la perle IIb est une perle ronde dérivée d’un tube monochrome sur lequel ont été peintes des lignes.

Type IIb

Pour pouvoir détailler au mieux les perles retrouvées, il faut ensuite en faire une description encore plus précise, en désignant la ou les couleurs utilisées (toutes définies dans la classification Kidd pour permettre une utilisation des mêmes noms et codes de couleurs) ainsi que le type de verre (transparent, semi-transparent, opaque).

En observant avec attention la fameuse perle rosetta de Venise, on peut observer diverses couches de verre coloré opaque, empilées les unes sur les autres, ce qui nous donne une perle de type IV selon cette classification.

Cette classification n’est cependant pas utile qu’aux archéologues, les descriptions de perles en verre que l’on peut trouver dans les inventaires après décès de certains patenôtriers peuvent dans certains cas nous permettre de catégoriser ces perles.

Il existe dans cette classification les perles de type W que nous n’avons pas décrites ici, appelées “wire-wound beads“, faites à la main. Elles ne semblent pas correspondre à la production que l’on peut retrouver en Normandie.



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2024, 4 mars). La classification Kidd & Kidd des perles en verre. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy9x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.