Les perles carniollettes

Louise Bonvalet

On connait désormais les perles d’imitations appelées “perles fausses”, mais il existe un autre type d’imitation qui existe – au moins – à partir du XIXe siècle. Ce sont des perles en verre à l’intérieur desquelles est représenté un corail.

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866-1877) en donne la suivante définition :

On fabrique également sous le nom de perles de corail ou carniollettes des perles en verre qui ne sont autre chose que de petits tubes de verre réunis en masse irrégulière, afin de mieux imiter la disposition capricieuse de la branche du vrai corail. Ce genre de perles se vend au poids. Trieste a le monopole de cette fabrication, qu’il ne faut pas confondre avec l’imitation ordinaire du corail.

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. T. 12, p.632

Cette technique existe encore aujourd’hui et est appréciée des perliers et perlières que l’on retrouve en Normandie…



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2024, 19 janvier). Les perles carniollettes. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmpj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.