La légende Jacquin

Louise Bonvalet

Lorsque l’on étudie l’histoire des perles en verre en France, on se retrouve très vite confronté au nom du patenôtrier Jacquin. Ce Parisien a inventé à la fin du XVIIe siècle l’art d’imiter à la perfection les vraies perles, en créant l’essence d’Orient, invention brevetée en 1686.  Cette essence, faite à base d’écailles d’ablettes, insérée dans la perle en verre avec de la cire, permet d’imiter à la perfection les perles fines, à moindre coup.
Comment Jacquin a-t-il trouvé cette idée ? Il est difficile de savoir aujourd’hui la version exacte des faits, puisque c’est sa légende qui reste à la prospérité… Les versions diffèrent et sont toutes très postérieures à l’invention du patenôtrier…

Jacquin trouva, dit-on, en 1686, le secret d’imiter parfaitement les perles fines ; le secret lui fut révélé par le hasard. Il avait une petite habitation à Passy, sa cuisinière préparait pour son repas de petits poissons de rivière nommés ablettes ; Jacquin, qui probablement était affamé ce jour-là, et attendait à la cuisine que ses poissons fussent prêts, s’aperçut que leurs écailles en se détachant produisaient sur l’eau une croûte brillante comme de la nacre de perles. Il s’attacha à cette première indication et s en servit pour la composition des fausses perles. Le fond de ces perles est une boule de cire qu’on enveloppe dans une pâte dans laquelle entre l’écaille d’ablette ; il faut, dit-on, dix-huit à vingt mille ablettes pour former une livre de pâte à couvrir des perles. Ce poisson fort heureusement est excessivement commun. 

Magasin des demoiselles: morale, éducation, histoire, science, littérature, beaux-arts, 1846, p.159.

Dans cet extrait, l’auteur nous affirme qu’il tient l’information d’un descendant direct de Jacquin, racontant avoir cherché à imiter les vraies perles pour faire plaisir à sa récente belle-fille. Après des jours à chercher, il décide de sortir pour trouver l’inspiration :

Si le corps était éveillé, l’esprit, hélas ! dormait toujours ; car, arrivé, après de deux heures de marche, là où se trouve aujourd’hui le pont d’Asnières, et adressées à Dieu, à son saint patron et à son bon ange, le pauvre Jacquin n’était pas plus avancé qu’au moment de son départ de Paris.

Harassé de fatigue, mais plus désespéré encore, il allait peut-être prendre une résolution suprême, – rompre le mariage de son fils, si demoiselle Ursule persistait à demander le collier positivement promis par lui, lorsque, ô prodige !! apparait tout à coup sur l’eau une masse de matière irisée donnant les reflets des plus belles perles d’Orient…… c’était ce qu’il cherchait !

S’il avait su le grec, certes, notre patenôtrier eut sans doute répété le fameux mot eurêka, prononcé par Archimède découvrant la théorie du cylindre circonscrit, mais comme il ne connaissait pas plus Archimède que le grec, il se contenta d’appeler un pêcheur et de lui faire jeter son filet sur une quantité considérable de poissons ; car, ce que dans son étonnement, il avait pris pour une matière inerte, n’était autre chose qu’une espèce de petits poissons connus sous le nom d’able ou d’ablettes. Les recevoir du pêcheur, les emporter dans son laboratoire, leur enlever les écailles et en faire une pâte, telles furent ses seules occupations jusqu’au soir. Le jour paraissait à peine, et Jacquin qui, dans sa joie, n’avait pas fermé l’œil de la nuit, s’empressa de descendre à son laboratoire. […] 

Sauzay, A., La verrerie depuis les temps les plus reculés jusqu’a nos jours, 1868, Hachette, pp.259-260.

On attribue généralement l’art d’imiter les perles fines à un patenôtrier (fabricant de chapelets), qui vivait à Paris, en 1680, et qu’on nommait Janin ,ou Jaquin, ou plutôt Jacquin. Cet industriel, que sa découverte éleva bientôt au rang d’artiste, étant un jour à sa maison de campagne de Passy, observa que des ablettes qu’il faisait laver dans un baquet, semblaient argenter l eau au moyen de leurs petites écailles que le frottement détachait. Reconnaissant qu’elles avaient tout l’orient de la perle, il eut l’idée de l’appliquer, en le liant avec un mucilage, à l’intérieur de petites boules de verre soufflé, et donna à ce produit naturel et merveilleux le nom d’essence d’orient terme, assez impropre mais rendant cependant bien son usage et son emploi.

Barbot, C., Guide pratique du joaillier, ou: Traité complet des pierres précieuses, 1884, Hetzel, p.289

Plusieurs informations concordent et ressortent de ces récits : l’essence d’Orient est faite à base d’écailles d’ablettes, et c’est Jacquin, patenôtrier parisien, qui a créé la recette, étant par conséquent le premier à savoir imiter les perles fines… Mais en est-il vraiment ainsi … ?



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2024, 15 janvier). La légende Jacquin. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlh4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.