Les jeunes filles aveugles et la fabrication des couronnes de perles

Louise Bonvalet

A la fin du XIXe siècle se développe la mode en France des couronnes mortuaires faites en perles de verre. Elles apparaissent de plus en plus souvent dans les cimetières et sur les Monuments funéraires.

Au début du XXe siècle, l’Ecole Braille à Paris – école qui inspirera d’autres établissements pour aveugles comme l’école de la Providence à Alençon – propose dans son cursus pour les jeunes filles la fabrication de ces couronnes. On en trouve une brève explication dans la Plage de Trouville du 1er novembre 1903, p.1 (n°42) :

« Couronnes de perles.

Déjà les abords des cimetières sont envahis par les petits marchands de fleurs et dans les boutiques voisines, on fait provision de couronnes de perles : « A ma mère » et aussi « A mon mari. Regrets éternels. [sic.]

Qui fabrique ces couronnes de perles, hommages des pauvres à leurs morts et en même temps les plus durables des souvenirs sur les tombes ?

Elles sont fabriqués [sic.] en grande partie par les aveugles. A l’école Braille, ce sont les femmes aveugles qui se livrent à ce travail et y gagnent jusqu’à deux francs par jour, mais elles ne font que les feuillages et les fleurs que les marchands disposent à leur gré sur les « carcasses » en fil de fer.

C’est un spectacle touchant que celui de ces pauvres ouvrières choisissant les perles de couleur dans des casiers qui portent en relief le nom de la nuances [sic.]. Elles tâtonnent à peine et quand elles ont mesuré les perles enfilées à la planche-réglettes, elles les contournent avec agilité et en font les pétales des fleurs ou des feuilles.

Aux Quinze-Vingt, une douzaine d’hommes aveugles travaillent aussi aux couronnes de perles, mais ils ne font que les « carcasses ». Métier ingrat qui ne rapportent [sic.] guère plus de douze sous par jour, un sou par heure de travail.

A ce prix les morts ne font pas vivre les vivants, mais combien d’autres en vivent ! »



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2023, 29 septembre). Les jeunes filles aveugles et la fabrication des couronnes de perles. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/st2v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.