L’impasse des Patenôtriers à Rouen

Louise Bonvalet

On trouve dans le Journal de Rouen du 27 mai 1851[1] une mention de « l’impasse des patenôtriers », faisant l’objet d’un projet de déclassement, ce qui l’amènera à disparaitre du cadastre quelques années plus tard.

Mais où se trouve-t-elle ?

Voici sa description dans le Journal de Rouen du 29 mai 1851 :

« l’impasse des Patenôtriers est un étroit passage qui conduit à des maisons particulières à l’aspect délabré, et que son entrée, fermée par une porte en bois, se trouve dans la rue du Ruissel, au milieu de cette rue, à droite en descendant vers le port, entre la rue du Varvot et la rue Neuve »

Journal de Rouen, 27 mai 1851

Par chance, la rue du Ruissel existe encore aujourd’hui, on y retrouve d’ailleurs le Musée de l’Education de Rouen.

© Louise Bonvalet
© Louise Bonvalet

Il est alors facile de retrouver le lieu actuel de cette impasse :

Visualizza a schermo intero

© Louise Bonvalet

L’impasse semble peu connue déjà en 1851 :

« Il est peu étonnant que l’impasse des Patenôtriers ne soit pas très connu à Rouen, car tout près de lui, dans la rue du Ruissel, les habitans ignorent jusqu’à son nom, et l’on demanderait l’impasse des Patenôtriers aux personnes mêmes qui y demeurent, qu’elles répondraient, pour la plupart, ne pas le connaitre »

Journal de Rouen, 29 mai 1851

De plus, le mot patenôtrier est quasiment oublié, et le journal explique à ses lecteurs le métier de ces faiseurs de perles, mais à sa manière :

« plus d’un riche chapelet, sorti des mains des habiles ouvriers qui l’occupaient jadis, a roulé entre les doigts des belles dames de Rouen ou dans ceux des pieuses recluses dont le renoncement aux choses de la terre n’allait pas jusqu’à leur faire repousser un ivoire ciselé avec coquetterie, lorsque leurs lèvres récitaient de dévotes patenôtres.

Mais les Patenôtriers ne confectionnaient pas seulement des chapelets, ils sculptaient aussi des parures mondaines, et plus d’une jolie femme ou d’un beau cavalier leur dut la coquette garniture de boutons d’ivoire qui complétait leur toilette.

En cela firent-ils œuvres mauvaises, et que ne pût même racheter le mérite d’avoir fourni tout Rouen de chapelets ? Nous ne saurions le dire ; mais ce que nous savons, c’est que leur vieille réputation est perdue, et que, sans la décision qui va bientôt faire disparaître un de leurs derniers souvenirs, beaucoup d’habitans [sic.]de notre ville ignoreraient encore que les Patenôtriers rouennais ont existé, et que leur corporation était assez importante pour donner son nom à l’enclos où leurs demeures étaient réunies. »

Journal de Rouen, 29 mai 1851

Le journaliste Beuzeville ici ne mentionne que les patenôtriers en ivoire, mais il existait dès le XVIe siècle à Rouen des patenôtriers en émail. Reste à voir quel.le.s patenôtrier.ère.s se trouvaient dans l’impasse…


[1] Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), JPL 3_122.



Citer ce billet
Louise Bonvalet (2023, 19 septembre). L’impasse des Patenôtriers à Rouen. PerMA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/st2t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.